Thèse soutenue

Coventry Patmore, poète de l'amour conjugal (1823-1896) : célébration et ontologie de la nuptialité

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Maurice Montabrut
Direction : Pierre Danchin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études anglaises
Date : Soutenance en 1987
Etablissement(s) : Nancy 2

Résumé

FR  |  
EN

« Des poems », 1844 « A the unknown eros » (1868-79) en passant par « The angel in the house » (1854-1864), Patmore se révèle poète de l'amour conjugal. Le thème central est l'amour de l'homme et de la femme perçu comme révélation de ce "first first-love of all", créateur et animateur de toutes choses. La célébration de cet amour est découverte, dans la jubilation et l'effroi, des correspondances entre amour humain et amour divin, dès lors que la tentation narcissique et parodique du "premier amour" a été surmontée. Dans cette perspective, l'ange est le signifiant d'une triple réalité et d'une triple fonction : l'ange est la femme prédestinée, la figure beatricienne, signe pour l'homme d'un mystère de transformation et de transfiguration ; l'ange est le couple terrestre, précurseur de l'homme céleste, (l'homo selon Swedenborg), en consentant au mode d'étroitesse de la condition incarnée ; l'ange, en préfigurant l'homme véritable (le duo in unum de la genèse) est l'humanité à l'image du dieu trinitaire. La figure de psyche, figure de métamorphose, complète la figure sacramentelle de l'ange. Dans ces figures se disent des destins humains dans des formes incarnées, datées mais expressives. Car l'amour est à la fois genèse et manifestation par le corps de l'être singulier de chaque conjoint, de l'être mutuel que les époux constituent, et de l'être divin que leur communion symbolise. L'autre aspect de l'expérience de l'amour est la découverte de l'altérité, altérité du conjoint et altérité de l'époux céleste. La relation sponsale qui constitue la communion des alter ego humains et la communion de l'époux céleste à son épouse terrestre ne se réalise que par une mort dans ses phases d'altération et d'aliénation. A son terme, le lyrisme de Patmore rejoint l'itinéraire mystique dans sa triple phase de purification, d'illumination et d'union