Thèse soutenue

Evolution de la livre libanaise à travers les dix ans de guerre : 1975-1984 : causes de l'effondrement

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Michel Abourizk
Direction : Jean-Richard Sulzer
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Gestion
Date : Soutenance en 1986
Etablissement(s) : Paris 13

Mots clés

FR

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

La livre libanaise a connu le début de son effondrement a la fin de la dixième année de guerre 1984. Elle a bien résist2 pendant les premiers huit ans de guerre (1975-1982). Elle a commence à se déprécier a partir de 1983 pour des raisons internes et externes. A partir de 1975, le Liban a connu une régression importante dans ses activités économiques a cause des dégâts qui ont atteint l'ensemble des secteurs. Mais, les différentes ressources importantes en devises étrangères, disponibles durant ces huit ans de guerre (1975-1982) ont permis de combler le déficit et de réaliser un excédent. A l'origine de cet afflux on trouve, les virements des libanais opérant a l'étranger, surtout aux pays producteurs de pétrole ; la "monnaie politique" et la présence d'un secteur bancaire qui fait preuve, en temps difficile, de capacité et de confiance. L'effondrement de la LL qui a débute en 1984 est du aux différentes raisons : locales, régionales, et internationales. Parmi les raisons locales se trouvent, le déficit de la balance des paiements apparu pour la première fois en 1983, la crise des finances publiques et des crédits accordes a l'économie, et enfin, la spéculation menée par certaines banques. Le déficit de la balance des paiements est du a l'élargissement du déficit de la balance commerciale, a la réduction du nombre des libanais opérant dans le golfe a partir de 1982, au déclin tangible du mouvement de tourisme, a l'arrêt de l'arrivée a Beyrouth de la monnaie politique, et enfin, a l'arrêt de la livraison des aides arabes. Quant à la crise des finances publiques, elle s'est traduite par la croissance excessive de la dette publique, l'improductivit2 des dépenses de l'état, et surtout, son système de financement inflationniste. L'activité du secteur privé a été remarquée par une croissance économique attendue mais non réalisée. La conjoncture régionale n'est plus favorable à la LL depuis 1980. Les redevances pétrolières, surtout après 1973, ont permis aux pays arabes pétroliers d'assister à un développement des marches monétaires et de dispenser des services du secteur bancaire libanais. Il en est de même pour le secteur portuaire et de transit. La concurrence et les effets de la crise internationale ont été aussi néfastes à l'économie et à la devise nationale pendant cette période.