Thèse soutenue

Élucidation de la structure de la calcitonine de poulet et de son précurseur : contribution à l'étude de l'évolution du gène de la calcitonine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Françoise Lasmoles
Direction : André Beaumont
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques
Date : Soutenance en 1986
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Résumé

FR  |  
EN

La calcitonine, hormone-hypocalcémiante hypophos-phatémiante, est aussi le marqueur spécifique d'une tumeur humaine. Les séquences de cette hormone divergent entre les vertébrés mammaliens et non mammaliens. La présence chez l'homme de molécules réagissant avec des anticorps anti calcitonine de saumon pose problème de l'existence d'un deuxième gène Le but de ce travail a été de déterminer, pour la première fois, la structure de l'ARNm de la calcitonine d'un vertébré non mammalien, La calcitonine de poulet a été choisie car cette molécule est antigéniquement apparentée à celle de saumon. Un dosage radio immunologique hétérologue, spécifique de la calcitonine aviaire, a été réalisé et les cellules ultimobranchiales productrices de l'hormone localisées. Les ARNm des glandes ultimobranchiales ont été extraits et le messager de la calcitonine identifié par traduction et immunoprécipitation spécifique. L'ARNm de la calcitonine a été purifié et son ADNc cloné dans pBR322. Un clone sélectionné par la technique d'hybridation sélection positive a permis d'établir la séquence presque complète du messager de la calcitonine. Utilisant ce dernier ADN comme sonde, une banque génomique de poulet a été criblée; un phage contenant le gène de la calcitonine a été isolé, et sa séquence partiellement déterminée. La séquence complète du précurseur de la calcitonine aviaire a ainsi été élucidée. Cette polyprotéine a la même organisation que celle des précurseurs humains et murins : deux petites peptides encadrant la molécule de calcitonine à ses extrémités N et C terminales, et les sites de clivage protéolytique et d'amidation. La comparaison des séquences des ARNm des calcitonines aviaire et mammaliennes montre que la séquence de la molécule de la calcitonine ainsi que celle de la séquence signal sont fortement conservées, par contre les séquences des petides N et C terminaux ont varié de façon linéaire pendant l'évolution. Une sonde spécifique du messager de poulet, a démontré qu'un gène, codant pour une calcitonine de type vertébré non mammalien, était exprimé dans des tumeurs thyroïdiennes humaine et murine.