Thèse soutenue

Les substantifs masculins latins en. . . (i)o,. . . (i)onis

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Françoise Gaide
Direction : Pierre Flobert
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Linguistique
Date : Soutenance en 1986
Etablissement(s) : Paris 4

Résumé

FR  |  
EN

Nous avons inventorie 370 substantifs masculins latins presentant la finale. . . O (. . . Onis) ou. . . Io (. . . Ionis). Ils sont souvent typiques du latin vulgaire. Parmi ces termes 56% sont motives, c'est a dire clairement analysables en une base et en un suffixe (du point de vue du signifiant et du signifie). Ils se repartissent, selon la valeur semantique et la fonction syntaxique du suffixe, en 10 formations. Il y a parfois un lien entre une formation et un genre litteraire populaire. Dans les formations les plus fournies la nature semantique des derives est un facteur important pour la description. Certains groupes semantiques, comme celui des noms de metiers et celui des termes soulignant un travers, se rencontrent dans plusieurs formations. Les termes immotives (35%) se pretent egalement a une repartition en groupes semantiques. Les autres termes (9%) sont des derives synonymes de leur base, ou du moins des termes apparaissant comme tels. Nous avons etudie la question des origines. Neuf formations presentent un suffixe -on- (parfois dote d'une variante -ion-) herite directement ou indirectement d'un suffixe indo-europeen en nasale a valeur possessive; mais dans la formation diminutive (ou la forme suf- fixale est toujours -ion-) nous avons propose une autre origine du suffixe; enfin les termes immotives sont souvent des emprunts au grec. Pour ce qui est des prolongements romans, nous avons rejete la theorie des romanistes, selon laquelle le type latin capit-o ("celui qui a une grosse tete") est a la fois a l'origine des augmentatifs de la romania du sud et des diminutifs gallo-romans; en effet le latin possedait egalement une formation diminutive.