Thèse soutenue

P. Flourens (1794-1867) physiologiste et historien des sciences : sa place dans l'évolution de la physiologie expérimentale

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Georgette Legée
Direction : René Poirier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance en 1986
Etablissement(s) : Paris 4

Résumé

FR  |  
EN

P. Flourens, docteur en médecine de la faculté de Montpellier, descendait d'une vieille famille languedocienne de maitres-chirurgiens. Il reçût sa première éducation d'un doctrinaire devenu curé d'un village des Cévennes. Des recherches dans plusieurs archives publiques et surtout privées ont permis de rectifier des erreurs biographiques. La carrière et l'œuvre de Flourens furent influencées par ses maitres de Montpellier (Lordat, A. P. De Candolle), puis de Paris (G. Cuvier, E. Geoffroy-St-Hilaire, mais aussi Destutt de Tracy). Son œuvre scientifique tient une place importante dans l'évolution de la physiologie expérimentale, essentiellement en neurophysiologie, puis en physiologie osseuse. Flourens cite toujours les travaux antérieurs qui ont suscité sa réflexion et ses recherches expérimentales, et il était indispensable de suivre l'évolution des méthodes expérimentales et des résultats obtenus, afin de porter un jugement le plus exact possible sur son œuvre et la comparer, surtout en neurophysiologie, a celle de ses contemporains français (Magendie, Claude Bernard) et étrangers, puis d'indiquer les nouvelles voies offertes aux recherches ultérieures ou aux applications pratiques (ex. : anesthésie, ostéologie). Ses résultats les plus originaux ont été la découverte des fonctions des canaux semi-circulaires de l'oreille interne. Son principal élevé fut A. Vulpian. Flourens a fait preuve d'un sens historique très prononcé qui s'est manifesté, en même temps que ses qualités littéraires, dans des ouvrages spécialisés et dans les éloges historiques dus à son rôle de secrétaire perpétuel de l'académie des sciences.