Thèse soutenue

Action du phoséthyl-al et du métalaxyl sur le couple phytophthora capsici-lycopersicum esculentum et de l'acide phosphoreux sur le p. Capsici in vitro : étude en microscopie électronique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Naïma Chiguer
Direction :  Directeur de thèse inconnu
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Phytopathologie
Date : Soutenance en 1985
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)
Jury : Président / Présidente : Gilbert Bompeix
Examinateurs / Examinatrices : Gilbert Bompeix, Jean Orcival, Alain Coléno, Albert Sasson
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean Orcival

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

L’effet du phoséthy-Al et du métalaxyl a été étudié sur le couple Lycopersicum esculentum Phytophthora capsici, ainsi que celui de l'acide phosphoreux, métabolite actif du phoséthyl-Al sur le même parasite in vitro. L'acide phosphoreux incorporé dans le milieu de culture, à une concentration de 200 µg ml-1, permet de constater en microscopie électronique que, l'organisme fongique ne présente pas un aspect proche de la léthalité. La paroi et le plasmalemme sont affectés et particulièrement les mitochondries. Ce phénomène est également retrouvé, et de façon régulière lorsque le parasite est observé à l'intérieur des feuilles de Tomate traitées au phoséthyl-Al à une concentration de 500 µg ml-1. L'action du métalaxyl sur le P. Capsici à une concentration de 50 µg ml-1, in vivo, est plus accentuée par rapport à celle du phoséthyl-Al, car il entraîne la destruction des mitochondries et altère considérablement la structure du plasmalemme. En comparant l'action du phoséthyl-Al et du métalaxyl in vivo, on constate que ce dernier agit à des doses plus faibles en détruisant le parasite très tôt. Les deux substances permettent d’augmente la résistance des cellules hôtes par la mise en place de corps X, dont la nature est polyphénolique.