Thèse soutenue

Influence d'un changement en hydrogène sur les évolutions structurales d'alliages Fe-Ni-C, étudiées entre 4,2 et 300k par mesure du frottement intérieur

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Claude Prioul
Direction : Georges Cizeron
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences physiques
Date : Soutenance en 1985
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)
Jury : Président / Présidente : Georges Cizeron

Mots clés

FR

Résumé

FR  |  
EN

La technique du frottement intérieur a permis, d’une part de caractériser la transformation martensitique intervenant entre 225 et 4,2K dans les alliages Fe-Ni-C chargés en hydrogène, d’autre part de préciser les premiers stages de mobilité du carbone et/ou de l’hydrogène, lors du réchauffage de la structure martensitique récemment trempée, entre 4,2 et 300K. Trois modes de transformation martensitique ont été mis en évidence (« burst », athermique et isotherme). L’influence exercée par l’hydrogène sur le développement de ces trois modes de transformation peut être analysée de manière analogue à celle du carbone : stabilisation de la phase austénitique et renforcement de la structure. Lors du réchauffage de la martensite récemment trempée, un phénomène de relaxation de type SNOEK a été observé, donnant naissance à un pic de frottement intérieur à 250K pour une fréquence de 1,5 Hz. Dans le cas des alliages chargés en hydrogène, un pic de relaxation, associé à une interaction hydrogène-dislocations, apparaît à 150K. Aucune interaction notable entre le carbone et l’hydrogène n’a pu être notée.