Thèse soutenue

Étude in vitro de l'éjection de l'ADN du bactériophage T5 adsorbé sur la protéine FhuA isolée ou intégrée dans des liposomes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Pierre-François Tosi
Direction :  Directeur de thèse inconnu
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Microbiologie
Date : Soutenance en 1985
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

La protéine de membrane externe FhuA (ou TonA) est le récepteur du bactériophage T5. Cette protéine, après purification partielle a été incorporée dans la bicouche phospholipidique de liposomes. Le principe de formation de liposomes majoritairement unilamellaires est basé sur l’adsorption d’un détergent non ionique (Triton X-100) sur des billes hydrophobes (Bio Beads SM-2). Le volume interne des vésicules obtenues pour un rapport molaire détergent/phospholipides de 0,5 est de 4,5 l/mole de PL, l’efficacité d’encapsulation est de 3%. L’adsorption du phage à son récepteur soit isolé, soit incorporé dans des protéoliposomes est rapide et suffisante pour permettre l’éjection de l’ADN encapsidé. Dans ces deux systèmes in vitro, la sortie de l’ADN de la capside est très lente. L’ADN éjecté peut s’accumuler partiellement dans le volume interne des liposomes, ce transfert de l’ADN de la capside au compartiment interne des liposomes est incomplet car le volume interne est probablement limitant. La présence dans le milieu d’incubation de polyamines ou de cations divalents (magnésium) ou des deux diminue la quantité d’ADN éjecté probablement par stabilisation de l’ADN dans la tête du phage. Le mouvement de sortie de l’ADN est ralenti lorsque la température décroît de 37°C à 18°C. De plus, ce mouvement est arrêté par incubation à 4°C, même si une grande partie de l’ADN a déjà été éjecté.