Thèse soutenue

Mises au point de quelques méthodes de multiplication végétative et de doublement chromosomique du riz : appplication à des haploïdes androgénétiques et à des hybrides interspécifiques (O. Sativa x O. Longistaminata)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Isabelle Reiffers
Direction :  Directeur de thèse inconnu
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences biologiques. Développement et amélioration des végétaux
Date : Soutenance en 1985
Etablissement(s) : Paris 11
Partenaire(s) de recherche : autre partenaire : Université de Paris-Sud. Faculté des sciences d'Orsay (Essonne)

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR

Dans le cadre du programme d’haplodiploïdisation de riz, une étape essentielle reste à franchir, à savoir le passage du niveau haploïde au niveau diploïde, ceci dans le but d’obtenir des lignées homozygotes. Le doublement chromosomique d’hybrides interspécifiques stériles à caractères d’allogamie devrait aboutir à des allotétraploïdes fertiles. Un nombre important de plantes étant nécessaire pour les essais de doublement chromosomique, nous avons été amenés à envisager la multiplication végétative de notre matériel. Le bouturage de nœuds « in vitro » et en serre des plantes haploïdes et hybrides a donné des résultats très satisfaisants. Les essais de doublement du stock chromosomique sont menés in vitro (microbouturage sur milieux synthétiques contenant de la colchicine) et in situ (immersion de bourgeons et trempage des racines et plateau de tallage de plantes entières dans des solutions de colchicine). Appliquée aux haploïdes androgénétiques, la « méthode de trempage » nous a permis de doubler le stock chromosomique de près de 90% des plantes. Parallèlement à ces essaies, un contrôle cytologique permanent du matériel traité est assuré. Enfin, l’étude cytogénétique des hybrides interspécifiques O. Sativa x O. Longistaminata a donné lieu à quelques interprétations des observations relatives à la stérilité de ces hybrides.