Thèse soutenue

Étude d'une polyédrose cytoplasmique chez le foreur ponctué de la canne à sucre Chilo sacchariphagus Boj. à La Réunion

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nourbanou Akbaraly-Vally
Direction : Gilles Morel
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie animale. Parasitologie
Date : Soutenance en 1985
Etablissement(s) : Montpellier 2

Résumé

FR

Dans le cadre d'un programme de lutte biologique contre les insectes foreurs de la canne à sucre à La Réunion, des recherches ont été réalisées sur le cycle de développement du " Foreur Ponctué ", Chilo sacchariphagus (Pyralidae) et la pathogénicité de la polyédrose cytoplasmique (CVP) vis-à-vis de ce Lepidoptère, dans des conditions d'élevage en milieu artificiel à 28% C et dans des conditions naturelles (champs de canne et zone boisée associée). En élevage, dans 90 % des cas, 7 à 8 stades larvaires se succèdent jusqu'à la nymphose obtenue au bout de 41 à 45 jours ; le cycle complet (de l'oeuf à l'adulte) est réalisé en 61 à 65 jours. La pathogénicité du virus est surtout importante aux stades larvaires 1 et 2 où le CPV est la cause d'une mortalité très élevée (doses léthales 50 : respectivement 3 à 25 et 26 à 64 polyédres/larve - doses infectieuses 50 : 8 à 68 et 694 à 1 588 polyèdres-/larve). La chronicité de la maladie ainsi que l'existence de son mode de transmission vertical sont établies. Le virus n'a d'ailleurs que peu d'influence sur les caractéristiques du développement larvaire (stades et durée, paramètres biométriques). Les études d'histologie et de microscopie électronique montrent que la virogénèse est essentiellement localisée dans le tissu épithélial de l'intestin moyen. Dans les conditions naturelles , il est constaté qu'à un taux de polyédrose élevé correspondent une diminution de la population de Foreurs et une réduction importante des dégâts causés à la canne à sucre. Cependant, est simultanément mis en évidence le rôle de 2 autres insectes (Callixena versicolora et Polistes hebraeus) en tant que réservoirs naturels et disséminateurs du virus considéré comme non spécifique de C. Sacchariphagus. (4ème de couverture)