Réinventer l'Islam politique : Réislamisation, désengagement et nouvelles formes de militance islamique

par Amal Boubekeur

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Baudouin Dupret.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire (Grenoble) , en partenariat avec Politiques publiques, ACtions politiques, TerritoirEs (laboratoire) et de Sciences Po Recherche (equipe de recherche) depuis le 29-11-2012 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse se propose d'analyser l'émergence et la transformation des politisations d'inspiration islamiste en France. L'histoire de l'émergence d'une identité d'inspiration islamiste en France s'est construite à travers les apports successifs des différentes générations de militants, directement issus des mouvements islamistes du monde musulman venus s'installer en Europe, ou à travers l'émergence de jeunes militants nés en Europe et se réappropriant les codes islamistes dans leur contexte européen. En effet, mouvement « né ailleurs », l'islamisme en Occident doit se comprendre certes au regard de son histoire dans le monde musulman, mais surtout à travers les relations particulières que les musulmans en Europe ont avec les Etats européens. Pour comprendre le rôle de l'héritage des codes islamistes du monde musulman dans le parcours de ces jeunes militants, on analysera les différents processus de réislamisation à l'œuvre depuis le milieu des années 1980. En Europe, la réislamisation n'est pas de l'islamisme en elle-même, elle est le processus d'une réappropriation de l'héritage islamiste. Elle en a utilisé les outils pour redonner à la jeunesse musulmane née en Europe un sentiment religieux engagé. La réislamisation n'est pas non plus à confondre avec une transmission du sentiment religieux par les parents originaires des pays musulmans à leurs enfants. Elle met en exergue, au contraire, une religiosité islamique volontariste, qui s'accompagne du sentiment d'appartenance à un groupe particulier, celui des héritiers de l'islamisme. Ce qui nous intéresse ici, c'est de comprendre comment, après une période d'accommodation de ces jeunes à l'idéologie islamiste importée du monde musulman, c'est-à-dire la réislamisation, s'est effectuée de leur part une réappropriation de ces codes selon leurs réalités quotidiennes en Occident. On tentera ensuite de comprendre comment les musulmans engagés en France ont expérimenté une certaine fatigue militante interne aux organisations qui les ont réislamisés. L'échec externe de l'islamisme révolutionnaire dans ses visées politiques (établir un Etat islamique) qui a amené le mouvement à s'établir en Europe, ne doit en effet pas occulter la manière dont il est devenu en interne une institution contraignante pour ses propres militants. La volonté de faire primer l'islam sur l'ensemble des ressources disponibles ne disparaît cependant pas. L'enjeu est aujourd'hui de se réinventer en tant que musulman engagé, au regard du caractère stigmatisant de l'opposition et de l'agressivité des modes d'action islamistes. Il ne s'agit pas que d'une posture réflexive face à l'échec social et politique qu'aurait connu l'islamisme. C'est aussi, en interne, la routinisation, la massification et l'extension hors groupe militant des codes islamistes qui leur ont fait perdre auprès des militants leur capacité d'innovation et de transformation. Ainsi, plutôt que de penser l'islamisme uniquement en termes de rupture, nous choisirons d'en analyser la possible continuité. Lors de son émergence, l'islamisme a d'abord été analysé comme une rupture avec la tradition des systèmes politiques du monde musulman ou encore avec la culture des anciens. Mais cette culture islamiste n'est pas née ex abrupto ; elle n'a fait que réadapter, selon le contexte politique et social de l'époque, une identité musulmane qui lui avait préexisté. Il faut revenir à cette configuration si l'on veut aujourd'hui comprendre les transformations contemporaines de l'islamisme en Occident et ailleurs (échec, déclin, post, néo…). Parmi les questions principales de ce travail de recherche, on essaiera d'expliquer comment un groupe, tel que celui des musulmans engagés en Occident sur la question de l'islam, se reconstruit après l'émergence des valeurs d'individualisation des parcours militants et de pluralisation des sens donnés à l'action islamique. Méthodes de recherche et cadre conceptuel Cette recherche entend s'inspirer d'une approche monographique des élites dans le but de considérer leurs comportements relationnels dans leurs différent lieux de socialisation, et ce afin de ne pas surestimer le discours politique des acteurs. En effet la fondation du pouvoir des élites dans l'espace public sera envisagée comme un processus de négociation, et non comme une donnée transcendantale. L'observation participante sera donc une méthode de recherche majeure dans la constitution d'informations sur le corpus. Une cinquantaine d'entretiens semi-directifs seront réalisés auprès d'élites islamiques publiques et un questionnaire quantitatif sera distribué à environ 300 élèves des Instituts d'Etudes Islamiques de France, cette population de jeunes musulmans représentant le « vivier » principal de futures élites islamiques et constituant le public essentiel soutenant (symboliquement ou de façon effective) les figures islamiques de l'espace public. Au même titre que les travaux précédents sur le rôle des associations et organisations de savoir islamique ou du rôle historique des intellectuels face à l'Etat et aux populations, nous essaierons de comprendre quelles sont les représentations symboliques du statut d'élites religieuses à un moment où la « science islamique publique » est sollicitée de façon transnationale. La refonte des concepts traditionnels islamistes/laïcs pourrait être amenée par ces nouvelles élites islamiques prenant corps grâce à un espace public symbole de modernité et donc loin de la figure des autorités religieuses traditionnelles, et représentant à première vue la promotion de savoirs et idéologies traditionnels ayant appartenu au monde musulman. Cette étude permettra également de mener une réflexion sur la reformulation récente des modalités de recherche et d'analyse concernant la visibilité d'un islam français et ses significations. On tentera ainsi de mettre en lumière les processus constructivistes de sujets déjà « stigmatisés » comme le pouvoir et la religion chez les populations musulmanes et leur incidence sur l'organisation de la société elle-même.

  • Titre traduit

    Reinventing Political Islam: Reislamisation, Disengagement and new forms of Islamic militancy


  • Résumé

    This research focuses on the emergence of Islamic politisation channels in France. It analyzes the various phases French islamic activists have been through since the mid 1980s and how they are reshaping political cultures of reislamization.