« La fabrique du rock français (1956-1987). Sociologie historique d’une nationalisation »

par Matthias Glenn

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Stéphane Dufoix.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Économie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec Sophiapol EA 3932 laboratoire (laboratoire) depuis le 07-10-2013 .


  • Résumé

    Le projet se propose d’étudier les processus socio-historiques qui se sont joués dans l’apparition d’un rock français, promu et reconnu comme tel. Considéré avant tout comme une musique d’origine anglo-saxonne, le rock français permet à la fois de se pencher sur la question de l’importation d’objets culturels étrangers et sur le phénomène de « nationalisation », entendu ici comme le processus qui amène à la production d’un rock spécifiquement français, c’est-à-dire d’une musique dont l’identité dépend étroitement de l’identité nationale. Le travail s’inscrit donc doublement au sein d’une sociologie qui s’intéresse à la circulation internationale des idées et une sociologie qui met l’accent sur la construction de l’identité nationale et sur les enjeux politiques et nationalistes du culturel. Il s’agira de voir en quoi la réception du rock en France a déterminé la reconnaissance et la promotion ultérieure d'un rock national. Plus largement, l’intérêt du sujet est de pouvoir rendre compte des facteurs, des effets et des enjeux d’une réappropriation nationale d’objets transnationaux, à une époque où la question de la « mondialisation » et de l’ « uniformisation » devient centrale.


  • Pas de résumé disponible.