Impact de l’indice de masse corporelle de l’homme sur les paramètres spermatiques et le pouvoir fécondant.

par Nathalie Sermondade

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Rachel Levy.

Thèses en préparation à Paris 13 , dans le cadre de Ecole doctorale galilée depuis le 03-03-2009 .


  • Résumé

    De nombreux facteurs concernant le mode de vie et l’environnement sont susceptibles d’agir sur la fertilité masculine, en provoquant des altérations des paramètres spermatiques, quantitatives ou qualitatives. Nos objectifs étaient d’évaluer les relations entre l’Indice de Masse Corporelle (IMC) masculin et les paramètres spermatiques, ainsi que les effets de la perte de poids. Dans une méta-analyse collaborative incluant plus de 13000 hommes, nous retrouvons un lien entre surpoids/obésité et oligo/azoospermie, ainsi qu’une association dose-effet entre l’IMC et le risque d’anomalie du nombre de spermatozoïdes. Nous relatons une corrélation positive entre IMC et intégrité nucléaire mesurée par la fragmentation de l’ADN spermatique, soulignant un rôle central du stress oxydant dans l’impact de l’obésité sur le sperme. En revanche, aucun lien entre IMC et capacité de fixation des spermatozoïdes à la zone pellucide ovocytaire n’a été observé. Nous rapportons le cas de cinq patients obèses infertiles acceptant une prise en charge hygiénodiététique personnalisée. Une diminution du taux de fragmentation de l’ADN spermatique a été retrouvée en parallèle à une modification de la composition corporelle. Enfin, nous rapportons le cas de trois patients pour lesquels une détérioration majeure des paramètres spermatiques a été observée dans les mois suivant la chirurgie bariatrique. Ce potentiel effet délétère justifie d’informer les patients et de leur proposer une auto-conservation préventive de spermatozoïdes. Ces données soulignent l’importance de la prise en compte de la corpulence des hommes en cas d’infertilité du couple, y compris lorsque les paramètres classiques du spermogramme sont normaux. Les perspectives de ce travail s’inscrivent dans la prise en charge globale, personnalisée et multidisciplinaire des deux membres du couple infertile. La nutrition apparaît comme un élément fondamental, mais aussi indissociable des autres facteurs environnementaux.


  • Pas de résumé disponible.