Théorie critique et sécularisation

par Frédéric Menager

Projet de thèse en Etudes politiques


Sous la direction de Pierre Bouretz.

Thèses en préparation à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 14-12-2012 .


  • Résumé

    La Théorie critique n’est pas un ensemble figé d’auteurs rassemblés dans une école mais elle se déploie plutôt comme un style de pensée. Parmi les particularités de ce style de pensée, la référence constante à des concepts issus de la théologie et du vocabulaire religieux est à la fois indéniablement connue des meilleurs commentateurs comme Martin Jay, mais reste faiblement considérée ou expliquée de manière systématique. Ce travail ambitionne de fournir à la fois une cartographie et une généalogie de l’utilisation de ces concepts en étudiant donc cet aspect sous des dehors génétiques afin d’en expliquer les sources et sous des dehors structurels afin d’expliquer l’apport fonctionnel dans l’économie générale de la Théorie critique. Un autre aspect réside dans la nécessaire confrontation de cette signification interne à la Théorie critique à la querelle de la sécularisation qui a traversé la vie philosophique allemande depuis 1922 et la publication de la Théologie politique de Schmitt. A cette fin nous avons étudié un corpus qui s’étend des fondateurs de ce qu’il est convenu d’appeler l’Ecole de Francfort aux représentants ultérieurs qui ont été regroupés sous le vocable de tournant communicationnel, mais aussi à des auteurs proches qui partagent ce rapport à la sécularisation du théologique come Bloch ou Kracauer. L’étude porte sur les concepts eux-mêmes et n’obéit pas à une logique historique ou à une logique de classification par auteurs. Une approche centrée sur les grands mouvements et modifications des concepts a été privilégié. La coupure paradigmatique a cependant été intégrée puisqu’elle recoupe à la fois un tournant historique, méthodologique et conceptuel. Les postions des différents auteurs ont été comparées entre elles et leur signification mises en rapport à la fois avec le structures théologiques sous-jacentes, en particulier autour de la notion de messianisme juif, mais aussi avec les lignes de force des discussions autour du Théorème de sécularisation. Cet usage de concepts théologiques sécularisés permet de considérer que le paradigme communicationnel se pose aussi comme une réponse à certaines difficultés nées de l’usage antérieur des concepts théologiques sécularisés et s’inscrit dans le passage d’une théorie de la domination à une théorie de la démocratie. Cette transformation amène un glissement de la théologie sécularisée vers une philosophie politique de la religion. En outre, Nous en sommes venus à constater que la Théorie critique redéfinit le champ épistémique de la querelle de la sécularisation en proposant une alternative au débat Löwith-Blumenberg. Cette position constitue au-delà des métamorphoses de la Théorie critique un ferment d’unité, annonçant un modèle de conception de la sécularisation complexifié. Ce dernier appelle désormais une modélisation systématique afin de rendre compte de l’aporie entre persistance de la puissance de la pensée religieuse hétéronome et déclin de l’emprise de cette dernière sur l’organisation politique et juridique des sociétés devenues autonomes.

  • Titre traduit

    Critical theory and secularization


  • Résumé

    Critical Theory is not a fixed set of authors grouped together into a school but rather a style of thought. One of Critical Theory’s particularities is its frequent reference to concepts derived from theology and religious vocabulary, a feature well known to eminent commentatorssuch as Martin Jay, but held in low regard and inadequately expounded. This thesis attempts to map and describe the genealogy of the usage made of these concepts by looking at them from a genetic standpoint in order to elucidate their sources as well as from a structural standpoint in order to explain the functional contribution of Critical Theory to the general economy. Another aspect explored is the necessary confrontation of this meaning inherent to Critical Theory with the quarrel over secularization that has permeated German philosophical life since 1922 and the publication of Schmitt's Political Theology.To this end we have studied a corpus that spans from the founders of the so-called Frankfurt School to later representatives who have been grouped under the term communicative shifting-point, also covering like-minded authors sharing Bloch or Kracauer's relationship to the secularization of theology. Research here is concerned with concepts as such and is notguided by historical rationale or any author classification scheme. An approach focused on major movements and conceptual changes has been emphasized. I nevertheless included the paradigmatic break, as it intersects a historical, methodological and conceptual turning point.Individual authors' positions have been compared with one another and their meaning placed in relation to underlying theological structures, in particular those dealing with the notion of Jewish messianism, but also with key themes surrounding secularization theory.This use of secularized theological concepts enables us to view the communicational paradigm as a response to certain difficulties arising from earlier use of secularized theological concepts and as part of the transition from a theory of domination to a theory of democracy. Said transformation entails a shift from secularized theology to a political philosophy of religion. Moreover, we have come to realize that Critical Theory is redefining the epistemic scope of the secularization quarrel by advocating an alternative to the Löwith-Blumenberg debate. Beyond metamorphosizing Critical Theory, this theory constitutes a leaven for unity,heralding a model for the conception of complexified secularization. The latter now requires systematic modelling in order to account for the aporia between the persistence of the power of heteronomic religious thought and the decline of its hold on the political and legal organization of societies that have become self-sufficient.

  • Titre traduit

    Kritische Theorie und Verweltlichung


  • Pas de résumé disponible.