Le punk en Bourgogne - Franche-Comté: une culture alternative et son territoire d'expression

par Sacha Thiebaud

Projet de thèse en Sciences du sport

Sous la direction de Christian Vivier et de Audrey Tuaillon demésy.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps (Dijon ; Besançon ; 2017-....) , en partenariat avec C3S - Culture, Sport, Santé, Société (laboratoire) depuis le 01-11-2021 .


  • Résumé

    Les cultures alternatives sont souvent associées, dans la littérature académique, à la dimension sportive (par exemple, le quidditch, le parkour, le roller derby, etc.). Elles ont pour particularité de se détacher du mouvement mainstream. Or, ces pratiques de loisir alternatif se déclinent aussi selon un axe musical, notamment par le biais de la culture punk. Plus de quarante ans après la naissance du mouvement en Angleterre (Robène et Serre, 2016), la culture punk « à la française » produit toujours des communautés, sémiotiques (Hebdige, 2008) et de pratiques (Wenger, 2009). Leur ancrage dans des sous-cultures ou des contre-cultures (Hall, 2008, Chaney, 2004) permet la création symbolique de nouvelles normes et valeurs, qui tendent à modifier l'idéologie dominante dans le champ culturel (Benett, 2012). Afin d'appréhender le punk comme culture alternative en Bourgogne-Franche-Comté, trois grands axes structurent ce projet de recherche. En premier lieu, un intérêt sera porté à la délimitation de la culture punk régionale. En effet, la scène (Guibert et Hein, 2006) punk en Bourgogne-Franche-Comté est actuellement faiblement documentée, peu connue et mal identifiée. D'une part, ce contrat doctoral s'inscrit dans la continuité de recherches engagées par ailleurs sur l'histoire du punk en France (PIND3) et vise à pallier le manque de connaissance de cette culture régionale du punk. D'autre part, le punk étant aussi une forme de résistance et une réponse politique au système capitaliste et à la culture mainstream (Donaghey, 2016), il a également pour particularité de s'opposer aux logiques hégémoniques et de se caractériser par une dimension contestataire. La nécessité de « résister » et de proposer des « alternatives » aux pratiques dominantes sera également à étudier. Pour ce faire, la focale sera mise aussi bien sur les groupes de musique que sur les autres acteurs de la scène : publics participant aux concerts, membres d'associations, etc. L'objectif est ici de comprendre les particularités de cette scène underground régionale. En second lieu, cette recherche étant inscrite dans le champ des sciences du sport, un axe du travail de thèse sera consacré à l'étude de l'engagement corporel lié au mouvement punk. En effet, musique vivante, le punk l'est aussi (et surtout) à travers l'utilisation faite du corps lors des concerts. Les danses punk (pogo, slam) répondent à des normes et des codes (Robène, Roux et Serre, 2019) et fournissent un cadre rituel aux soirées punk qu'il conviendra d'identifier. Cette thématique permet aussi de questionner l'esthétisme de la scène punk : entre crêtes, tatouages et T-shirts de groupes, quels sont les signes de reconnaissance qui traduisent une (ou des) identité(s) punk(s) ? Enfin, dans ce prolongement, l'enjeu de cette thèse sera de parvenir à identifier les imaginaires (des espaces, du temps, corporels, politiques, musicaux, etc.) mobilisés par les acteurs de la scène. En effet, si le punk français contemporain est davantage l'héritier du courant des années 1980 emmené par le groupe Bérurier noir, que du punk anglais des Sex Pistols, se pose alors la question des transferts des imaginaires en jeu : quels sont les signes mis en avant par les acteurs de la scène punk en France et en Bourgogne-Franche-Comté, au regard de la scène internationale et nationale ? Le maillage et la mise en réseau des espaces de diffusion de cette culture participent très certainement à la structuration d'un imaginaire punk reposant sur des pratiques sociales, actuelles ou passées. Au-delà, la recherche proposée consistera à questionner les représentations du temps que les acteurs de la scène punk bourguignonne-franc-comtoise mobilisent. Ce travail permettra alors d'enrichir les travaux déjà initiés au sein du laboratoire sur les imaginaires du temps (Tuaillon Demésy, 2019 ; 2021). Ainsi, cette recherche doctorale devra éclairer la construction d'une culture de l'alternatif musical en Bourgogne-Franche-Comté, en s'appuyant sur les imaginaires en jeu mobilisés par les acteurs de ce territoire. Le lien entre ancrage territorial, imaginaires sociaux et délimitation d'une scène musicale peut ici être posé sous l'angle de la construction d'une identité punk propre au territoire bourguignon-franc-comtois.

  • Titre traduit

    Punk in Bourgogne - Franche-Comté: an alternative culture et its territory of expression


  • Résumé

    Alternative cultures are often associated, in the academic literature, with the sporting dimension (for example, quidditch, parkour, roller derby, etc.). Their particularity is to be detached from the mainstream movement. However, these practices of alternative leisure are also declined according to a musical axis, in particular by the means of the punk culture. More than forty years after the birth of the movement in England (Robène and Serre, 2016), punk culture "à la française" still produces communities, both semiotic (Hebdige, 2008) and of practices (Wenger, 2009). Their anchoring in subcultures or countercultures (Hall, 2008, Chaney, 2004) allows the symbolic creation of new norms and values, which tend to modify the dominant ideology in the cultural field (Benett, 2012). In order to understand punk as an alternative culture in Bourgogne-Franche-Comté, three main axes structure this research project. First, an interest will be taken in the delimitation of the regional punk culture. Indeed, the punk scene (Guibert and Hein, 2006) in Bourgogne-Franche-Comté is currently poorly documented, little known and poorly identified. On the one hand, this doctoral contract is part of the continuity of research undertaken elsewhere on the history of punk in France (PIND) and aims to overcome the lack of knowledge of this regional punk culture. On the other hand, since punk is also a form of resistance and a political response to the capitalist system and mainstream culture (Donaghey, 2016), it also has the particularity of opposing hegemonic logics and of being characterized by a protest dimension. The need to "resist" and to propose "alternatives" to dominant practices will also be studied. To do this, the focus will be on the music groups as well as on the other actors of the scene: audiences participating in concerts, members of associations, etc. The objective here is to understand the particularities of this regional underground scene. Secondly, as this research is inscribed in the field of sports science, one axis of the thesis will be devoted to the study of the physical commitment linked to the punk movement. Indeed, punk music is also (and especially) alive through the use of the body during concerts. Punk dances (pogo, slam) respond to norms and codes (Robène, Roux and Serre, 2019) and provide a ritual framework for punk parties that should be identified. This theme also allows us to question the aesthetics of the punk scene: between crests, tattoos and band T-shirts, what are the signs of recognition that translate one (or more) punk identity(ies)? Finally, in this extension, the challenge of this thesis will be to identify the imaginaries (of space, time, body, politics, music, etc.) mobilized by the actors of the scene. Indeed, if contemporary French punk is more the heir to the 1980s trend led by the group Bérurier noir than to the English punk of the Sex Pistols, the question arises of the transfers of the imaginaries: what are the signs put forward by the actors of the punk scene in France and in Bourgogne-Franche-Comté, with regard to the international and national scene? The networking of spaces for the dissemination of this culture certainly contributes to the structuring of a punk imaginary based on current or past social practices. Beyond that, the proposed research will consist in questioning the representations of time that the actors of the Bourgogne-Franche -Comté punk scene mobilize. This work will then enrich the work already initiated within the laboratory on the imaginary of time (Tuaillon Demésy, 2019; 2021). Thus, this doctoral research will shed light on the construction of a culture of musical alternatives in Bourgogne-Franche-Comté, based on the imaginaries at stake mobilized by the actors of this territory. The link between territorial anchorage, social imaginary and delimitation of a musical scene can be posed here under the angle of the construction of a punk identity specific to the Bourgogne-Franche-comté territory.