La séparation dans la pensée grecque archaïque et classique

par Étienne Ménard

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Arnaud Macé.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec Logiques de l'Agir (laboratoire) depuis le 01-09-2021 .


  • Résumé

    On trouve dans la poésie grecque, en particulier épique, des exemples des mythes complémentaires évoquant un état initial d'union du ciel et de la terre, ou des dieux et des hommes, et narrant la séparation faisant suite à cette union : ces mythes ont donné lieu à deux traditions philosophiques chez les Présocratiques, dont j'examine l'évolution et les relations. La première a construit autour de l'idée de la séparation des éléments cosmiques au moment de la naissance du monde un modèle scientifique d'explication des processus physiques fondamentaux. La seconde, en réaction à une certaine idée radicalisée de la séparation des dieux et des hommes dont il faudrait suivre le développement dans la morale grecque, a formulé l'idée d'une séparation de l'âme et du corps pendant le sommeil ou au moment de la mort. Je cherche à montrer qu'au travers de ces deux traditions, on décèle les prémices d'une opposition entre deux sens de la séparation, mais qui sont (encore chez Platon) pensés en rapport. Mon travail prend ainsi pour objet principal la généalogie des concepts philosophiques forgés autour du thème de la séparation (la διάκρισις comme processus physique, le χωρισμός comme séparation de l'âme et du corps, les notions d'ordre cosmique, d'individuation, etc.), en tant qu'ils sont liés à la mythologie. Cela m'amène à considérer, plus généralement, les rapports qu'ont pu entretenir les différents aspects de la culture grecque : en particulier, les différentes traditions mythologiques entre elles ou avec la philosophie, et la physique avec l'éthique ou la médecine grecques.

  • Titre traduit

    Separation in Archaic and Classical Greek Thought


  • Résumé

    We find in Greek poetry, especially in epic poetry, examples of complementary myths evoking an initial state of union of heaven and earth, or of gods and men, and relating the separation following this union: these myths gave rise to two philosophical traditions among the Presocratics, whose evolution and relations I examine. The first one built, around the idea of the separation of cosmic elements at the time of the birth of the world, a scientific model explaining fundamental physical processes. The second, in reaction to a certain radicalized idea of the separation of gods and men, which development should be taken into account in Greek moral philosophy, formulated the idea of a separation of soul and body during sleep or at the moment of death. I try to show that through these two traditions, we can detect the beginnings of an opposition between two meanings of separation, though they are, still in Plato, thought in relation. My work thus takes as its main object the genealogy of the philosophical concepts forged around the theme of separation – διάκρισις as a physical process, χωρισμός as separation of soul and body, the notions of cosmic order, individuation, and so on – as they are linked with mythology. This leads me to consider, more generally, the relationships maintained by the different aspects of Greek culture: in particular, the different mythological traditions with each other or with philosophy, and physics with Greek ethics or medicine.