Adaptation et évolution des diatomées au cours des 10000 dernières années en Péninsule Antarctique Nord

par Mathilde Bourreau

Projet de thèse en Évolution

Sous la direction de Chris Bowler.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences du Végétal : du gène à l'écosystème , en partenariat avec Institut de Biologie de l'École Normale Supérieure (laboratoire) , Génomique des Plantes et Diatomées (equipe de recherche) et de Faculté des sciences d'Orsay (référent) depuis le 01-03-2021 .


  • Résumé

    Les diatomées représentent le groupe majeur de la « pompe biologique » de l'Océan Austral et, à ce titre, constituent un moyen très efficace pour séquestrer le CO2 atmosphérique. Elles constituent aussi un maillon fondamental d'un réseau trophique extrêmement sensible et en pleine mutation. Cependant, l'évolution future de maillon est très incertaine à cause du manque de données sur les périodes actuelle et instrumentale. Afin de pallier ce manque d'information, ce projet interdisciplinaire visera à mieux comprendre leur évolution au cours des derniers 10000 ans à partir d'archives sédimentaires provenant du Nord de la Péninsule Antarctique. Cette étude reposera sur une approche multi-proxy novatrice (ADN ancien, biomarqueurs lipidiques et micropaléontologie), calibrée sur l'actuel, combinant l'expertise de deux équipes complémentaires en biologie et en paléocéanographie situées dans deux instituts CNRS différents (IBENS et EPOC).

  • Titre traduit

    Adaptation and evolution of the diatoms during the last 10000 years in North Antarctic Peninsula


  • Résumé

    Diatoms represent the major group of the "biological pump" of the Southern Ocean and, as such, are a highly effective means of sequestering atmospheric CO2. They are also a fundamental link in an extremely sensitive and rapidly changing food web. However, the future evolution of this link is very uncertain because of the lack of data on the current and instrumental periods. To overcome this lack of information, this interdisciplinary project will aim to better understand their evolution over the last 10,000 years based on sedimentary archives from the North of the Antarctic Peninsula. This study will be based on an innovative multi-proxy approach (ancient DNA, lipid biomarkers and micropaleontology), calibrated on the current one, combining the expertise of two complementary teams in biology and paleoceanography located in two different CNRS institutes (IBENS and EPOC).