Matrice Hybride biomimétique pour la régénération du cartilage

par Mathilde Massonie

Projet de thèse en Chimie et Physico-Chimie des Matériaux

Sous la direction de Xavier Garric, Coline Pinese et de Benjamin Nottelet.

Thèses en préparation à Montpellier , dans le cadre de Sciences Chimiques , en partenariat avec IBMM - Institut des Biomolécules Max Mousseron (laboratoire) et de C5. Biopolymères Artificiels (equipe de recherche) depuis le 30-09-2020 .


  • Résumé

    La régénération du cartilage articulaire représente un challenge de santé majeur, particulièrement avec une population de plus en plus en surpoids et vieillissante. En 2002, une étude a révélé que plus de 61% des patients subissant une arthroscopie présentaient des lésions du cartilage.1 Dans plus de la moitié des cas, une telle lésion était classée comme étant de grade 3 ou supérieur, selon l'échelle de l'International Cartilage Repair Society (ICRS). Ce type de lésion ne se régénère que très rarement et provoque à plus ou moins long terme de l'arthrose. Les procédures chirurgicales actuellement utilisées (greffe ostéochondrale, micro-fractures, prothèses articulaires) sont invasives pour le patient et possèdent une efficacité limitée. Cela a inévitablement un impact élevé sur le système de santé, avec les coûts directs liés au traitement, mais également avec des répercussions sur l'économie générale (coûts sociaux et perte de production économique). Des procédures alternatives sont proposées, notamment en utilisant des biomatériaux mis en forme de matrices et utilisés comme support de la régénération. Cependant, du fait de l'absence de biomimétisme chimique, mécanique et structural, ces matrices conduisent à des résultats encore sous optimaux. Ce projet a pour objectif de concevoir un nouveau type de matrice de régénération des tissus cartilagineux en utilisant des biomatériaux qui permettront l'obtention d'une structure la plus biomimétique possible

  • Titre traduit

    Biomimetic hybrid matrix for cartilage regeneration


  • Résumé

    The regeneration of articular cartilage represents a major health challenge, particularly with an increasingly overweight and aging population. In 2002, a study found that more than 61% of patients undergoing arthroscopy had cartilage damage.1 In more than half of the cases, such damage was classified as grade 3 or higher on the International Cartilage Repair Society (ICRS) scale. This type of lesion regenerates only very rarely and leads to osteoarthritis in the long term. The surgical procedures currently used (osteochondral grafting, micro-fractures, joint prostheses) are invasive for the patient and have limited effectiveness. This inevitably has a high impact on the health care system, with direct costs related to treatment, but also with repercussions on the general economy (social costs and loss of economic production). Alternative procedures are proposed, including the use of biomaterials in matrix form and used as a support for regeneration. However, due to the absence of chemical, mechanical and structural biomimicry, these matrices lead to results that are still sub-optimal. The aim of this project is to design a new type of matrix for cartilage tissue regeneration using biomaterials that will enable the most biomimetic structure possible to be obtained.