Révision des pluies de météores

par Ariane Courtot

Projet de thèse en Astronomie et Astrophysique

Sous la direction de Marc Fouchard et de Jérémie Vaubaillon.

Thèses en préparation à l'Université Paris sciences et lettres , dans le cadre de Astronomie et Astrophysique d'Ile-de-France , en partenariat avec Institut de mécanique céleste et de calcul des ephémérides (Paris) (laboratoire) , Pégase (equipe de recherche) et de Observatoire de Paris (établissement opérateur d'inscription) depuis le 01-09-2020 .


  • Résumé

    L'UAI a recensé aujourd'hui environ 700 pluies de météores, et quelques centaines d'autres à confirmer. Cela représente environ deux pluies actives par jour. Cependant, les techniques d'association des météores individuelles pour déterminer l'existence d'une pluie sont loin d'être robustes : même si on trouve 50 météores dont toutes les orbites sont 'similaires', l'existence d'une pluie avérée doit être démontrée. L'expérience montre que, la plupart du temps, cette proximité dynamique n'est qu'une coïncidence, due au nombre très élevé et toujours grandissant des orbites de météores mesurées grâce à des réseaux de caméras en expansion constante ces dernières années (Guennoun et al 2019). Le but de cette thèse sera de déterminer si la plupart des pluies ont une existence réelle ou non. Si oui, il sera nécessaire d'expliquer comment la Terre est environnée d'autant de structures jeunes. Si non (ce que nous soupçonnons fort), c'est l'intégralité des pluies de météores qui sera revisitée. Dans les deux cas, les implications sont conséquentes pour le domaine.

  • Titre traduit

    Meteor showers revisited


  • Résumé

    The IAU meteor shower database counts nearly 700 known meteor showers, and another few hundreds to be confirmed. This represents about two showers per day at Earth. However, shower definitions techniques (from individual meteor) greatly suffer from a lack of robustness: even if one finds 50 meteors having 'similar' orbits, it does not necessarily mean they represent a shower. Indeed, experience shows that, most of the time, this dnamical proximity is nothing but a coincidence, due to ever increasing meteor orbits number measured from ever increasing meteor observation networks (Guennoun et al 2019). The goal of this thesis is to determine whether or not all these showers really exist or not. If they do, then one should explain why the Earth is still today surrounded by so many young structures. If no (as we strongly suspect), then the whole vision of today meteor shower must be revisited. In any case, implications for meteor science are huge.