Le journalisme à l'œuvre : circularité de la création chez Maupassant

par Sookjin Hwang

Projet de thèse en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Myriam Boucharenc.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, spectacles , en partenariat avec Centre des Sciences des Littératures en langue Française (CSLF) (laboratoire) depuis le 04-11-2019 .


  • Résumé

    Chez Maupassant, les rapports entre romans, contes/nouvelles et chroniques sont étroits et complexes. Ces interactions génériques constitutives de l'œuvre de Maupassant ont attiré beaucoup d'attention des chercheurs, ce qui a ainsi débouché sur un accord sur « l'habitude » de l'écrivain, qui consiste à fabriquer ses romans en recyclant ses chroniques ou ses contes (et nouvelles). La critique a en effet recours à un classement ternaire, par genre, des œuvres de Maupassant, qui distingue roman / conte (et nouvelle) / chronique. Or ce cadre de réflexion limité aux interactions génériques (entre le roman et le conte, le roman et la chronique, le conte et la chronique…) limite la perspective globale sur le processus d'écriture, en minorant le fait que c'est par l'entremise du journal, plutôt qu'au travers de divers genres particuliers, que l'écrivain a accompli ses œuvres. Cette thèse a donc pour objectif d'envisager différemment la dynamique créatrice de Maupassant en s'appuyant sur la distinction entre l'écriture journalistique et l'écriture littéraire ou « livresque », afin d'apporter un nouvel éclairage sur les circulations textuelles constitutives de l'œuvre de Maupassant. Selon ce point de vue, qui s'appuie sur la distinction entre les supports de l'écriture, les chroniques, contes et nouvelles appartiennent au même groupe d'écriture journalistique, alors que les romans, recueils (de contes et nouvelles) et récits de voyage appartiennent à l'écriture littéraire ou « livresque ». Ainsi, les échanges textuels de Maupassant ne se déroulent plus tant au niveau des genres littéraires que des supports, à savoir entre journaux et livres ; sa manière d'écrire ne consiste plus à fabriquer ses romans en assemblant ses chroniques ou ses contes, mais à développer ses livres à travers les journaux. La problématique est donc double : il s'agit de retracer la genèse et l'évolution de la circulation textuelle entre écriture journalistique et écriture littéraire ou « livresque » chez Maupassant et de mettre en lumière le rôle formateur du journal dans la construction textuelle, imaginaire et poétique de ses œuvres. Cette thèse a ainsi deux volets : d'une part, l'analyse génétique de son écriture interactive entre le journal et le livre, d'autre part, l'analyse poétique de la réconciliation ou de la fusion, de l'imaginaire littéraire avec la « matrice » journalistique. Afin de montrer l'évolution de ce mécanisme d'écriture, cette thèse se concentrera sur la période de 1880 à 1887, des débuts de Maupassant dans le journalisme jusqu'à sa tentation de s'en éloigner.

  • Titre traduit

    Journalism at Work: Circularity of Maupassant's Creation


  • Résumé

    When it comes to Maupassant, there exists a close and complex relationship between novels, short stories and newspaper columns. These generic interactions that make up Maupassant's work has attracted a great deal of attention from researchers, leading to an agreement on the writer's “habit” of composing his novels by recycling his columns or his short stories. In fact, critics have resorted to a ternary classification of Maupassant's literary works by genre, which distinguishes novel, short story, and newspaper column. However, this framework of reflection limited to generic interactions between each genre, limits the global perspective on the process of writing, by diminishing the fact that it is through the newspaper, rather than through various particular literary genres, that the writer accomplished his works. In order to shed new light on the circulation of Maupassant's texts that constitutes his work, this thesis aims to consider Maupassant's creative dynamics differently, based on the distinction between journalistic writing and literary or “book” writing. According to this point of view, which is based on the distinction between the medium of publication, the columns and the short stories belong to the same category of journalistic writing, while the novels, collections of short stories and travel stories belong to literary or “book” writing. Thus, Maupassant's textual exchanges are no longer contained within the realm of literary genres, but they occur between different forms of media; his way of writing no longer consists in composing his novels by assembling his columns or short stories, but in developing his books through the newspapers. The issue is therefore twofold: one is a question of retracing the genesis and the development of the circulation of Maupassant's texts between journalistic writing and literary or “book” writing, and the other is to highlight the formative role of the newspaper in the construction of his literary works in a textual, imaginative and poetic manner. This thesis thus consists of two parts: on one hand, the genetic analysis of his writing interactions between the newspaper and the book, and on the other hand, the poetic analysis of reconciliation or fusion of the literary imagination with the journalistic “matrix.” In order to show the evolution of this writing mechanism, this thesis will especially focus on the period from 1880 to 1887: from the very beginning of his journalistic career until when he begins to try to keep away from it.