Microenvironnement et développement tumoral

par Claudia Pasqualini

Projet de thèse en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Jacques Grill.

Thèses en préparation à université Paris-Saclay , dans le cadre de École doctorale Cancérologie, Biologie, Médecine, Santé , en partenariat avec Prédicteurs moléculaires et nouvelles cibles en oncologie (laboratoire) et de Faculté de médecine (référent) depuis le 13-01-2020 .


  • Résumé

    Nous visons à mieux comprendre le rôle de l'immunité innée, principalement des macrophages, dans le développement et la progression du cancer, en étudiant in vitro leur interaction avec les tissus normaux et les cellules tumorales. En effet, les échanges entre les systèmes nerveux et immunitaire ont été bien décrits dans un contexte physiologique et pathologique chez l'adulte, avec une interaction notable entre les neurones et la microglie lors de l'émergence prénatale et postnatale de circuits fonctionnels. Nous visons donc à construire un modèle 3D capable d'évaluer cette interaction («immuno-organoïdes») au moyen de cellules souches pluripotentes induites (iPSC) qui peuvent devenir des macrophages primitifs dérivés de l'iPSC, capables de se différencier en macrophages spécialisés à l'aide de facteurs de croissance spécifiques aux organes. Les «minibrains» dans les glioblastomes seront le premier modèle organoïde que nous utiliserons pour tester cette hypothèse, qui sera ensuite développée pour d'autres histologies pédiatriques.

  • Titre traduit

    Tumor microenvironnement and oncogenesis


  • Résumé

    We aim to better understand the role of innate immunity, mainly macrophages, in cancer development and progression, studying in vitro their interaction with normal tissue and tumor cells. Indeed, cross-talk between the nervous and immune systems has been well described in the context of adult physiology and disease, with a notable interplay between neurons and microglia during the prenatal and postnatal emergence of functional circuits. We aim to build a 3D model able to evaluate this interaction (“immune-organoids”) through induced pluripotent stem cells (iPSCs) that can be driven to become iPSC-derived primitive macrophages, that can terminally differentiate into specialized macrophages with the help of growth factors and organ-specific cues. “Minibrains” in glioblastomas will be the first organoid model that we will use to test this hypothesis, then to be developed for other pediatric histologies.