Se mobiliser pour défendre les sans-papiers séropositifs. Une ethnographie de AIDES.

par Leopoldine Manac'h

Projet de thèse en Anthropologie politique

Sous la direction de Laetitia Atlani-duault.

Thèses en préparation à l'Université de Paris (2019-....) , dans le cadre de 180 sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés , en partenariat avec Centre Population et Développement (equipe de recherche) depuis le 13-11-2019 .


  • Résumé

    Dans cette thèse, je propose d'analyser la mobilisation de l'association AIDES sur le terrain de l'accès aux soins pour les personnes étrangères séropositives et sans-papiers. Mon hypothèse est relative à ce que j'ai appelé, dans le cadre de recherches ethnographiques précédentes, des « politiques de découragement » menées par les États aux échelles française et européenne à l'encontre des personnes étrangères (Manac'h 2019). Il s'agit pour moi de poursuivre ce questionnement en observant les façons dont les personnes séropositives illégalisées et leurs soutiens font face individuellement et collectivement à une gouvernementalité du découragement qui se manifeste dans des entraves administratives, politiques et imaginaires à leur santé et à leurs droits. Procéder à l'ethnographie de l'association AIDES sera l'occasion de voir comment elle construit et déploie son action de suivi et son discours de plaidoyers, et ce dans une situation plus large de fermeture des frontières, de banalisation des discours xénophobes et de restriction des droits des personnes n'ayant pas la nationalité de l'État dans lequel elles résident, afin de mettre à jour les mutations et les continuités du rapport de l'association aux institutions étatiques et à la réinvention d'horizons politiques.


  • Pas de résumé disponible.