La politique et la théologie aux premiers temps de l'islam (656-750 J.C.) : murgi'a et Qadariyya

par Mourtala Amar

Projet de thèse en Histoire et civilisations

Sous la direction de Pascal Buresi et de Damien Janos.

Thèses en préparation à Paris, EHESS en cotutelle avec l'Université de Montréal , dans le cadre de École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales depuis le 26-09-2019 .


  • Résumé

    Nous étudierons, dans cette thèse, la querelle qui opposait deux factions théologico-politiques à savoir : Murgi'a et Qadariyya, sur les questions du libre-arbitre et de la prédestination divine. Ainsi, les Murji’ites défendaient l’idée selon laquelle les actions des individus devaient être renvoyées à Dieu, Celui qui peut juger les secrets des hommes. Les Qadarites, quant à eux, soutenaient que l’homme est le seul responsable de ses actes, ce qui montre qu’ils étaient défenseurs d’un certain libre-arbitre. Ce travail va à l'encontre de la thèse dominante qui soutient que la politique et la religion sont intrinsèquement liées depuis le début de l'islam. Ainsi, cette thèse nous permettrait de prouver l'existence d'une dissociation entre religion et politique sous les Umayyades. Pour ce faire, nous utiliserons des sources jusqu’à présent très peu utilisées par les chercheurs travaillant sur cette époque ancienne, à savoir la poésie et les correspondances épistolaires entre les savants et les califes umayyades. Le recours à la poésie et la prose arabes est nécessaire, car il nous permet de confirmer ou d’infirmer les informations données par les historiographes musulmans dont les ouvrages sont postérieurs à l'époque que nous envisageons étudier.


  • Pas de résumé disponible.