Cellules astrogliales et comportements sociaux

par Paula Gomez Sotres

Projet de thèse en Neurosciences

Sous la direction de Giovanni Marsicano.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Sciences de la vie et de la santé , en partenariat avec Physiopathologie de la plasticité neuronale - Neurocentre Magendie (laboratoire) et de Endocannabinoïdes et neuroadaptation (equipe de recherche) depuis le 13-09-2019 .


  • Résumé

    L'interaction sociale est une fonction cognitive complexe essentielle à la survie et altérée dans de nombreuses pathologies comme l'autisme et la schizophrénie. Les comportements sociaux peuvent être modulés par de nombreux facteurs, l'un d'eux étant le statut émotionnel du partenaire, important dans les interactions sociales humaines. Il est intéressant de noter que les déficiences de la transmission sociale émotionnelle et des réactions empathiques sont des symptômes clés des TSA (trouble dans le spectre de l'autisme). Cependant, en raison de l'absence de paradigmes comportementaux animaux appropriés, les mécanismes neurobiologiques sous-jacents de ces altérations n'ont pas été étudiés à ce jour. Récemment, ça était découvert que la transmission sociale et le traitement des émotions négatives de souris stressées à des souris naïves (transmission sociale du stress, STS) dépendent de signaux chimiosensoriels qui déclenchent des changements métaplasiques durables dans la corticotrophine (CRH) - exprimant des neurones dans le noyau paraventriculaire de l'hypothalamus (PVN). Cependant, le mécanisme par lequel ces neurones modulent le comportement de l'approche sociale envers les partenaires stressés n'est pas encore compris. Les récepteurs cannabinoïdes de type 1 (CB1) sont impliqués dans les fonctions émotionnelles, y compris l'interaction sociale entre les souris mâles et femelles. Il est intéressant de noter que les récepteurs astrogliaux CB1 ont récemment émergé comme modulateurs de comportements complexes tels que la mémoire et le contrôle de la transmission synaptique et de la plasticité dans plusieurs régions du cerveau. Des astrocytes hypothalamiques ont été impliqués dans les réponses olfactives et de stress et pourraient potentiellement moduler l'activité neuronale de la CRH. Ces résultats ont conduit à l'hypothèse que les récepteurs CB1 des astrocytes hypothalamiques pourraient être impliqués dans la transmission sociale du stress médié par les neurones de la CRH. Pour répondre à cette hypothèse, le présent projet utilisera des souris mutantes CB1 spécifiques ainsi que des enregistrements électrophysiologiques et l'imagerie du calcium pour déchiffrer le mécanisme par lequel les neurones du CRH déclenchent une approche sociale envers un partenaire stressé.

  • Titre traduit

    Astrocytes and social behaviors


  • Résumé

    Social interaction is a complex cognitive function essential for survival and altered in many pathologies such as autism and schizophrenia. Social behaviors can be modulated by many factors, one of them being the emotional status of the partner, important in human social interactions. Interestingly, impairments of emotional social transmission and of empathic responses are key symptoms of ASD. However, due to the absence of suitable behavioral animal paradigms, the underlying neurobiological mechanisms of these alterations have not been investigated to date. Recently, it has discovered that social transmission and processing of negative emotions from stressed mice to naïve ones (social transmission of stress, STS) depends on chemosensory cues that ultimately trigger long-lasting metaplastic changes in corticotropin releasing hormone (CRH)-expressing neurons in the paraventricular nucleus of the hypothalamus (PVN). However, the mechanism by which these neurons modulate social approach behavior towards stressed partners is currently not understood. Cannabinoid-type-1 receptors (CB1) are involved in emotional functions, including social interaction between male and female mice. Interestingly, astroglial CB1 receptors have recently emerged as modulators of complex behaviors such as memory and control synaptic transmission and plasticity in multiple brain regions. Hypothalamic astrocytes have been implicated in olfactory and stress responses and could potentially modulate CRH neuronal activity. These findings led to the hypothesis that CB1 receptors in hypothalamic astrocytes could be involved in the social transmission of stress mediated by CRH neurons. To address this hypothesis, the present project will use specific CB1 mutant mice together with electrophysiological recordings and calcium imaging to decipher the mechanism by which CRH neurons trigger social approach towards a stressed partner.