Développement et caractérisation d'un modèle in vivo de régénération osseuse de défauts critiques interrupteurs.

par Renaud Siboni

Projet de thèse en Médecine

Sous la direction de Frédéric Velard, Xavier Ohl et de Julien Braux.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences Fondamentales et Santé , en partenariat avec BIOS - Biomatériaux et Inflammation en site osseux (laboratoire) depuis le 05-11-2018 .


  • Résumé

    La reconstruction osseuse lors de perte de substance osseuse importante représente toujours un challenge thérapeutique. Ces pertes de substance peuvent être d'origine traumatique, secondaire à une infection osseuse ou d'origine carcinologique. Lorsque le défaut est trop important la greffe osseuse devient insuffisante. La technique de la membrane induite a déjà prouvé son efficacité en régénération osseuse. Elle consiste à une chirurgie en 2 temps avec l'utilisation d'une entretoise en ciment induisant une membrane avec des caractéristiques ostéoinductrices déjà décrites. Cependant cette technique nécessite plusieurs chirurgies avec des délais importants de consolidations. Un modèle de régénération osseuse chez le rat a déjà été décrit par plusieurs équipes de recherche sans que le modèle soit standardisé. En collaboration avec le laboratoire BIOS (EA 4391), nous avons standardisé un modèle chez le rat. Ce modèle nous permets à ce jour de mieux comprendre cette technique et maintenant d'y essayer de nouveaux biomatériaux à la place du ciment en PMMA. Le laboratoire BIOS, en collaboration avec le laboratoire CRITT-MDTS de Charleville-Mézières, combine actuellement des céramiques ostéoconductrices avec des verres bioactifs pour élaborer une structure à double échelle de porosité et dégradation contrôlée dans le temps. Cette construction nous parait être uine approche prometteuse pour passer au-delà des actuelles limitations rencontrées dans le cadre de la médecine régénératrice osseuse.

  • Titre traduit

    Development and characterization of an in vivo model of bone regeneration of critical switch defects.


  • Résumé

    Bone healing in the case of significant bone loss is always a therapeutic challenge. These losses of substance can be traumatic, secondary to bone infection or carcinological in origin. When the defect is too large, the bone graft becomes insufficient. The induced membrane technique has already proven its effectiveness in bone regeneration. It consists of a two-stage surgery with the use of a cement spacer inducing a membrane with osteoinductive characteristics already described. However, this technique requires several surgeries with long consolidation times. A model of bone regeneration in rats has already been described by several research teams without the model being standardized. In collaboration with the BIOS laboratory (EA 4391), we standardized a rat model. This model allows us to better understand this technique and now to try new biomaterials instead of cement in PMMA. The BIOS laboratory, in collaboration with the CRITT-MDTS laboratory in Charleville-Mézières, currently combines osteoconductive ceramics with bioactive glass to develop a double scale structure of porosity and controlled degradation over time. This construction seems to us to be a promising approach to overcome the current limitations encountered in bone regenerative medicine.