Les paysages dans la tragédie Grécque: entre espaces naturels et espaces rituels

par Giulia Re

Projet de thèse en Sciences de l'antiquité : histoire, archéologie, langues et littératures

Sous la direction de Gabriella Pironti et de Andrea Taddei.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres en cotutelle avec l'Université de Pisa , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Anthropologie et histoire des mondes antiques (Paris) (laboratoire) et de École pratique des hautes études (Paris) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-11-2018 .


  • Résumé

    Le projet s'inscrit dans le cadre des études d'Anthropologie Historique de la Grèce Antique. Ma recherche a pour objet le role des paysages et des éléments naturels dans le corpus des tragédies grecques et dans les fragments, en rapport avec les pratiques rituelles de l'Athène du Vème siècle av. J.C. La nature est, pour le Grecs de la période archaique et classique, la siège de la présence et de l'action des dieux. Ainsi, les différents types de paysage déviennent des lieux désignés puor pratiquer les rituels qui mettent en communication le monde des hommes et des Olympes. Étudier la tragédie entraîne, d'une part, d'observer comment les rituels sont représentés sur la scène; de l'autre part, cela oblige à traiter de la dimension pérformative du théatre, où la réalité sociale de la polis n'est pas représentée fidèlement. Le but de mon projet est, pourtant, d'identifier des modèles de représentation des paysages tragiques, qui mettent en relation la dimension spatiale, les divinitées qui lui sont rattachées et les notions de la pensée religeuse et sociale de la Grèce classique.

  • Titre traduit

    Landscapes in Greek Tragedy


  • Résumé

    My research project focuses on the dramatic role of landscapes and natural elements in the corpus of Greek tragedy of V cent. b.C. and fragments. Since nature is the first place where the Greeks recognized the presence of the gods, landscapes turn to be the setting of ritual actions performed by the same citizens who attended tragic performances. For this reason, nature as it is depicted in dramas, can say a lot about the religious and social context of the polis. Nevertheless, landscape is never shown on stage, but only told by words. The aim of my research is, therefore, to isolate patterns in the representation of landscapes, in order to put in a relation the spatial dimension with a particular ritual frame, and with the religious and social notions of classic Athens.