Parcours de vie, rapport aux institutions et normes de réussite des jeunes catégorisés comme NEET. Une comparaison Canada, France, États-Unis.

par Quentin Guatieri

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Nicolas Duvoux.

Thèses en préparation à Paris 8 en cotutelle avec l'Université de Montréal , dans le cadre de 31 "Pratiques et théories du sens" , en partenariat avec Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris - LABTOP (equipe de recherche) depuis le 13-02-2019 .


  • Résumé

    Cette thèse, préparée en cotutelle à l'Université de Montréal et l'Université de Paris VIII, porte sur les expériences et représentations des expériences des jeunes catégorisés comme NEET (ni en études, ni en emploi, ni en formation) au Canada, en France et aux États-Unis. Construite afin d’offrir une mesure plus fine du phénomène émergent de la « jeunesse invisible » et de dépasser la dichotomie emploi-chômage, la catégorie NEET permet certes de rendre visible une frange de la population marginalisée, mais ouvre dans le même temps la voie à une multitude de représentations potentiellement stigmatisantes. Jeunesse désœuvrée et désengagée qu’il faudrait « réactiver » et « resocialiser », en déficit de compétences nécessaires à leur insertion et leur intégration, jeunes présentés comme les perdants de la compétition sociale…la catégorie NEET qualifie avant tout ces jeunes par ce qui serait leurs manquements. Dans le but de d’interroger l’écart entre réalité instituée et réalité vécue, cette thèse cherche à enquêter sur la manière dont ces jeunes vivent et se représentent l’expérience NEET. Il s’agit entre autres d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : De quelle manière les NEET se représentent les normes sociales de réussite et de mérite ? Quels rapports entretiennent ces jeunes aux organismes institutionnels chargés de leur réinsertion, et aux institutions en général ? Quel est l’influence d’une expérience NEET sur le parcours de vie ?


  • Pas de résumé disponible.