Philosophie critique de l'historiographie de la révolution haitienne de 1804 à nos jours.

par Jean gardy Estime

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Claire Joubert.

Thèses en préparation à Paris 8 , dans le cadre de 31 "Pratiques et théories du sens" , en partenariat avec Transferts critiques anglophones (equipe de recherche) depuis le 31-01-2019 .


  • Résumé

    Sous l’intitulé « Philosophie critique de l’historiographie de la révolution haïtienne de 1804 à nos jours », notre projet (se voulant un apport neuf aux débats contemporains prônant de nouvelles géographies déconcentrées du savoir) s’inscrit dans le cadre d’une perspective de recherche en philosophie et en épistémologie politique de l’histoire dont l’axe principal porte sur la critique de la portée épique du récit de la révolution haïtienne. Ce projet doctoral se propose, en effet, de se situer à l’intersection de l’épistémologie des sciences sociales et de la philosophie contemporaine de l’histoire. Il s’édifie sur la base d’une étude des enjeux intégrant à la fois une analyse comparée (et critique) des historiographies française et haïtienne (depuis 1804), et une révision critique des récits « par en bas » de cette révolution. D’où les deux enjeux théoriques et critiques à entrecroiser : 1. analyse critique de l’historiographie française, blanche, raciste qui n’insiste que sur la méthode sauvage employée par les esclaves de Saint-Domingue pendant la bataille pour l’indépendance (sans même effleurer la violence que représente l’esclavage lui-même), par rapport à l’historiographie haïtienne donnant lieu, quant à elle, à la construction du « récit national » de l’histoire d’Haïti (édifiée « par le haut ») ; 2. révision critique des outils et des procédés par lesquels le rôle des masses populaires est systématiquement occulté dans la révolution haïtienne. Cela posé, ce deuxième moment consistera à déterminer si et comment l’on peut récupérer cette part active (voilée) qui revient aux gens du peuple dans la guerre de l’indépendance d’Haïti.

  • Titre traduit

    Critical philosophy of the historiography of the Haitian revolution from 1804 to the present day


  • Résumé

    Under the title "Critical Philosophy of the Historiography of the Haitian Revolution from 1804 to the Present", our project (intended to be a new contribution to contemporary debates advocating new deconcentrated knowledge geographies) is part of a perspective of research in philosophy and political epistemology of history, the main focus of which is on the critique of the epic scope of the story of the Haitian revolution. This doctoral project proposes, in fact, to be located at the intersection of the epistemology of the social sciences and the contemporary philosophy of history. It is built on the basis of a study of the issues, incorporating both a comparative (and critical) analysis of French and Haitian historiographies (since 1804), and a critical review of the accounts "from below" of this revolution. Hence the two theoretical and critical issues to be intertwined: 1. Critical analysis of French, white, racist historiography which insists only on the savage method used by the slaves of Saint-Domingue during the battle for independence (without even touching on the violence represented by slavery itself). same), compared to the Haitian historiography giving rise, for its part, to the construction of the “national story” of the history of Haiti (built “from above”);2. critical review of the tools and procedures by which the role of the popular masses is systematically obscured in the Haitian revolution. That being said, this second moment will consist in determining if and how we can recover this active (veiled) part that belongs to the common people in the war of independence for Haiti.