Guerin de Montglave. Édition critique et étude de la tradition textuelle d'une mise en prose transmise par les premiers imprimés

par Grace Baillet

Projet de thèse en Langues et litteratures francaises

Sous la direction de Jean Devaux.

Thèses en préparation à Littoral , dans le cadre de Sciences de l'Homme et de la Société depuis le 22-11-2018 .


  • Résumé

    Projet. Guerin de Montglave est une mise en prose anonyme qui nous est parvenue par l'intermédiaire de sept imprimés du XVIe siècle et par deux adaptations, l'une datant du XVIIIe siècle, l'autre du XIXe siècle. Ce roman relate le départ des quatre fils de Guerin – Arnault, Gerard, Regnier et Milon – vers des lieux assignés à chacun d'eux et se centre sur leurs aventures respectives ; il reprend également la matière de France en plaçant l'action à l'époque de Charlemagne. Entre autres, ce récit combine plusieurs motifs littéraires de la tradition médiévale, comme l'amour pour une Sarrasine ou encore l'introduction d'un géant, et il s'inscrit dans la tradition épique. La diffusion de ce texte entre le XVIe siècle, pour ses versions connues, et le XIXe siècle laisse à penser que cette histoire avait des raisons d'être appréciée du public. Force est toutefois de constater que Guerin de Montglave a peu retenu, jusqu’ici, l’attention des spécialistes. Cette mise en prose est quasiment inédite et n'a suscité que de rares études alors qu’elle mérite une véritable édition savante, accompagnée d'une étude linguistique approfondie et d'apparats complémentaires rédigés selon des critères philologiques modernes. D'autres raisons d’ordre plus général peuvent venir à l'appui d'une édition de ce texte. Depuis 2008, des chercheurs se sont attachés à démontrer la richesse des mises en prose et à valoriser ces textes par diverses études et travaux d'édition. Par ailleurs, ils se sont appliqués à actualiser la vaste étude de Georges Doutrepont par le biais de notices détaillées sur chaque mise en prose qu'ils ont regroupées dans le Nouveau Répertoire des mises en prose publié en 2014. Si traditionnellement le Moyen Âge s’achève en 1500 pour laisser place à la Renaissance, sur le plan littéraire cette frontière temporelle apparaît comme foncièrement artificielle et surtout, empreinte d’une remarquable porosité. Le changement de média que constitue à cette époque le passage du manuscrit à l’imprimé correspond ainsi à un transfert culturel : les éditions imprimées récupèrent la matière narrative médiévale pour la remettre au goût du jour en en modernisant la langue, en la réorganisant, en la reformulant, afin de permettre une plus large diffusion des romans de chevalerie, dont des réécritures d'œuvres médiévales et des éditions inédites. Ainsi la culture chevaleresque antérieure est-elle prolongée et redécouverte par un nouveau lectorat. Soucieuse de mettre en lumière l’ensemble de ce corpus, l’équipe internationale « Littérature d’Inspiration Médiévale dans les Imprimés Anciens (L.I.M.I.A.) » a entrepris de recenser dans un répertoire l'intégralité des imprimés de textes narratifs du Moyen Âge français publiés entre 1470 et 1550. Plusieurs projets de recherche, tels « The Early Modern Books Project » ou encore « The European dimensions of popular print culture (E.D.P.O.P.) », s'attachent à étudier durant cette période de transition les impressions, l'histoire du livre, la réception de ces histoires ou les nouveaux enjeux éditoriaux liés à leur diffusion. Diverses manifestations scientifiques ont pareillement été organisées sur ce sujet. Dans ce vaste contexte de mise en valeur, l’édition de la prose de Guerin de Montglave et l’étude approfondie de sa tradition textuelle s’avèrent l’une et l’autre pleinement justifiées. Axes de recherche envisagés : Établissement du texte ; Étude linguistique ; Étude de la tradition textuelle.


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.