MODÉLISATION NUMÉRIQUE HYDROSÉDIMENTAIRE DE LA FORMATION DE BRÈCHES DANS LES DIGUES FLUVIALES SOUMISES AUX SURVERSES

par Lydia Kheloui

Projet de thèse en Mécanique des fluides

Sous la direction de Kamal El kadi abderrezzak.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Sciences, Ingénierie et Environnement (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; 2015-....) , en partenariat avec LHSV - Laboratoire Hydraulique Saint Venant (laboratoire) depuis le 14-01-2019 .


  • Résumé

    Les digues fluviales (i.e. levées) sont des ouvrages qui protègent les populations et les biens contre les débordements de cours d'eau. Les statistiques disponibles montrent que la surverse constitue la première cause de leur rupture (devant les défauts de fondations et les effets « renard »). En France, ce sont presque 8600km de digues que se partagent plus de 1000 gestionnaires ; 5600km de digues sont soit dans un état très dégradé, soit avec des désordres locaux, soit leur état n'est pas renseigné. Les sollicitations subies lors d'événements hydrologiques forts, les erreurs de conception et d'exécution, ou encore le manque d'entretien peuvent conduire à la formation de brèches dans les digues, aboutissant presque inévitablement à la rupture de l'ouvrage. Les brèches causent des inondations dont les conséquences sont particulièrement aggravées par la vulnérabilité accrue des zones protégées, ainsi qu'en raison des effets dynamiques associés. Du point de vue de la gestion de l'aléa, il s'avère crucial de disposer d'un outil numérique simulant les écoulements et les processus physiques qui régissent la formation des brèches dans des digues fluviales (cohésives ou non cohésives) soumises aux surverses.

  • Titre traduit

    NUMERICAL MODELING OF FLUVIAL DIKE BREACHING DUE TO OVERTOPPING


  • Résumé

    Les digues fluviales (i.e. levées) sont des ouvrages qui protègent les populations et les biens contre les débordements de cours d'eau. Les statistiques disponibles montrent que la surverse constitue la première cause de leur rupture (devant les défauts de fondations et les effets « renard »). En France, ce sont presque 8600km de digues que se partagent plus de 1000 gestionnaires ; 5600km de digues sont soit dans un état très dégradé, soit avec des désordres locaux, soit leur état n'est pas renseigné. Les sollicitations subies lors d'événements hydrologiques forts, les erreurs de conception et d'exécution, ou encore le manque d'entretien peuvent conduire à la formation de brèches dans les digues, aboutissant presque inévitablement à la rupture de l'ouvrage. Les brèches causent des inondations dont les conséquences sont particulièrement aggravées par la vulnérabilité accrue des zones protégées, ainsi qu'en raison des effets dynamiques associés. Du point de vue de la gestion de l'aléa, il s'avère crucial de disposer d'un outil numérique simulant les écoulements et les processus physiques qui régissent la formation des brèches dans des digues fluviales (cohésives ou non cohésives) soumises aux surverses.