Le soft power turc à l'aune des nouvelles Routes de la Soie - Une nouvelle opportunité pour la Turquie en Asie centrale

par Victor Amoris

Projet de thèse en Sciences politiques et relations internationales

Sous la direction de Catherine Poujol.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Revendiquant une influence sur les pays turcophones d’Asie centrale, la Turquie développe son soft power dans cette région depuis les années 1990. Via l’action de la Diyanet ou des mouvements privés tels que la communauté Gülen, Ankara a réussi à exporter sa vision de l’islam en Asie centrale, de même que répandre la pratique de la langue turque au sein des élites centrasiatiques. Malgré ces succès religieux et culturels, la Turquie peine à peser sur le plan économique, dominé par la Chine, et ne parvient pas à se faire reconnaître un quelconque leadership politique au sein des pays turcophones. Or, le projet chinois des nouvelles Routes de la Soie, annoncé en 2013, et devant relier la Chine à l’Europe en passant par l’Asie centrale, le Caucase du Sud, l’Europe orientale, l’Iran et la Turquie, est perçu par Ankara comme une nouvelle opportunité pour davantage développer son soft power en Asie centrale et accroître son influence économique et politique. Cependant, la Turquie n’est pas le seul pays désireux d’utiliser ce projet pour développer son influence dans la région et devra rivaliser avec la Russie et l’Iran. L’enjeu de cette thèse sera de déterminer si la Turquie peut utiliser cette nouvelle opportunité pour étendre son influence en Asie centrale à l’instar de celle qu’elle a déployé avec succès dans les Balkans, et tenter d’en estimer les retombées. Pour cela, l’usage politique des liens historiques et culturels entre les Turcs de Turquie et les peuples turcophones d’Asie centrale sera analysé, le potentiel des nouvelles Routes de la Soie pour amplifier le soft power turc dans la région centrasiatique sera étudié, et l’influence turque dans cette région sera mise en perspective avec celle développée dans les Balkans.


  • Pas de résumé disponible.