Roles des miARN circulants chez les poissons: biomarqueurs ou acteurs biologiques?

par Rolan Kerimbayev (KERIMBAYEV Rolan)

Projet de thèse en Sciences animales

Sous la direction de Catherine Mariojouls et de Julien Bobe.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement, Santé (Paris ; 2015-....) , en partenariat avec SADAPT - Systèmes Agraires et Développement : Activités, Produits et Territoires - UMR AgroParisTech/INRA (laboratoire) et de AgroParisTech (France) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture compte sur l'aquaculture pour fournir suffisamment de protéines animales d'origine aquatique à plus de 9 milliards de personnes à l'horizon 2050. Pour relever ce défi, l'aquaculture tirerait profit du développement de biomarqueurs non invasifs qui pourraient s'avérer utiles pour le phénotypage à haut débit des poissons et la sélection d'animaux plus efficaces et plus robustes. Déjà utilisés comme biomarqueurs de maladies chez l'homme, les microARNs circulants constituent de bons candidats. L'ambition du projet de thèse est de démontrer que les microARNs circulants constituent des biomarqueurs à différents niveaux chez la truite arc-en-ciel, ce qui n'a jamais été démontré chez les animaux domestiques. Pour cela, le projet s'appuie sur une analyse approfondie d'un jeu de données incluant des paramètres phénotypiques et des données omiques, notamment les miRNomes circulants et tissulaires, et des transcriptomes tissulaires.

  • Titre traduit

    Roles of circulating miRNA in fish: biomarkers or biological actors?


  • Résumé

    The Food and Agriculture Organization of the United Nations rely on aquaculture to provide sufficient animal proteins from aquatic food products to more than 9 billons people at the horizon 2050. To take up this challenge, aquaculture would greatly benefit from the development of non-invasive biomarkers. These latter could be very useful tools for fine phenotyping of fish and for the selection of more efficient and robust animals. Already used as biomarkers of diseases in human, circulating microRNAs constitute good candidates. Therefore, the ambition of the PhD project is to demonstrate that circulating miRNAs are multi-level biomarkers in rainbow trout, which has, until now, never been done in domestic animals. For that purpose, the project relies on deep statistical analysis of phenotypic parameters and omics data, including circulating and tissue miRNome and tissue transcriptome.