Entre deuil et mélancolie: les figures de l'élégie dans la littérature britannique contemporaine

par Carine Nibakure

Projet de thèse en Études du monde anglophone

Sous la direction de Jean-Michel Ganteau.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec EMMA - Etudes Montpellieraines du Monde Anglophone (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Ce travail s'intéresse à l'élégie narrative, au deuil et à la mélancolie dans la littérature britannique contemporaine, et spécifiquement en explorant leur dimension expérimentale. Le corpus comprend les romans The Unfortunates (1969) de Bryan Stanley Johnson, Destiny (1999) de Tim Parks, Quilt (2010) de Nicholas Royle et Last Orders (1996) de Graham Swift. Ces romans impliquent deux formes d'élégie, la première étant le classique. Cette forme d'élégie repose généralement sur le deuil, le processus de deuil qui apporte la consolation. Contrairement à cette forme d'élégie, l'élégie contemporaine fait généralement appel à la mélancolie, processus pathologique responsable de l'attachement à l'objet perdu. Pour cette raison, l'élégie classique conduit à l'acceptation de la perte et de la résilience, tandis que l'élégie contemporaine tend vers une écriture anti-consolatrice et sceptique. De surcroît, ces fictions exposent les thèmes de la perte, de la vulnérabilité ontologique et sociale, du trauma dans le sens du corps en souffrance, mais aussi dans son acception psychanalytique qui est une blessure infligée sur l'esprit. En outre, ces romans présentent l'émotion comme étant une esthétique de l'élégie contemporaine et du trauma. Ce travail a pour objectif de démontrer que dans ces œuvres, l'ambivalence du travail de deuil engendre une ambiguïté des émotions et, par conséquent, peut mener à un deuil inconsolable et non résolu. Nous soulignerons également leur préoccupation pour le corps en souffrance, la dépossession et les éthiques de l'altérité et de la vulnérabilité. Enfin, cette étude s'inscrira dans l'axe de recherche l'invention de l'autre, manière d'être autre du laboratoire de recherche EMMA.

  • Titre traduit

    Between Mourning and Melancholia: Figures of Elegy in Contemporary British Literature


  • Résumé

    This work focuses on elegy, mourning and melancholia in contemporary British literature, and specifically exploring its experimentation dimension. The corpus includes Bryan Stanley Johnson's The Unfortunates (1969), Tim Parks' Destiny (1999), Nicholas Royle's Quilt (2010) and Graham Swift's Last Orders (1996). These novels involve two forms of elegy, the first of which is the classical. Such form of elegy usually hinges on mourning, the bereavement process that brings consolation. In variance to this form of elegy, the contemporary elegy usually draws on melancholia, the pathological process that causes fixation to the lost object. For this reason, classical elegy leads to acceptance of loss and resilience, while contemporary elegy tends toward an anti-consolatory and skeptical writing. Moreover, these fictions expose the themes of loss, ontological and social vulnerability, trauma in the sense of the body in pain, but also in its psychoanalytic meaning, which is an injury inflicted on the mind. Thus, these novels present emotion as an aesthetic of contemporary elegy and trauma. This work aims to demonstrate that in these novels, the ambivalence of the work of mourning engenders an ambiguity of emotions and, consequently, can lead to an inconsolable and unresolved mourning. We will also emphasize their concern for the suffering body, dispossession and the ethics of alterity and vulnerability. At last, this work fits into the research axis of the invention of the other, way of being other of EMMA research lab.