Modes de garde collectifs pour les enfants de 0 à 3 ans : mobilisations, politiques publiques, pratiques (1968-1981)

par Elsa Neuville

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Manuela Martini.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de Sciences sociales , en partenariat avec Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (equipe de recherche) depuis le 04-10-2018 .


  • Résumé

    La prise en charge du jeune enfant a profondément évolué en France entre les années 1960 et 1980. Si plusieurs facteurs ont pu être avancés pour expliquer cette évolution, celui des mobilisations de parents reste largement inconnu. Les «  crèches sauvages » elles-mêmes restent à étudier. Si celle créée à la Sorbonne en mai et juin 1968 est davantage restée dans les mémoires, qui se souvient de leur existence à Bordeaux ou Vaux-les-Prés ? Et ces « crèches sauvages », les plus visibles, sont loin d'être les seuls lieux où les parents se mobilisent. Ce sont donc à ces parents, qui revendiquent à la fois « un droit à la crèche pour la socialisation du jeune enfant et un droit dans les crèches » pour eux-mêmes, que cette thèse est consacrée. Cette étude demande de croiser à la fois l'histoire des mères et l'histoire des politiques publiques, en retrouvant la quotidienneté des mobilisations et les pratiques au jour le jour des parents, afin d'envisager les modalités précises de leur influence sur les pouvoirs publics.


  • Pas de résumé disponible.