Le Bien-être animal, des rationalités en débat : un concept entre science et politique

par Samuel Ducourant

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Florence Burgat et de Sophie Roux.

Thèses en préparation à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales , en partenariat avec Pays germaniques Transfert culturels et Archive Husserl (laboratoire) et de École normale supérieure (Paris ; 1985-....) (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2018 .


  • Résumé

    Le concept de bien-être animal (BEA) est, par définition, à la frontière entre approche descriptive scientifique et approche normative politique. Ces deux approches peuvent être complémentaires ou contradictoires ; il s'agira de proposer une épistémologie des sciences du BEA, pour appuyer une histoire de ses mobilisations dans le débat public et dans le discours politique, en particulier en ce qui concerne l'industrie de l'élevage dans la France d'après-guerre. En effet, c'est là que le politique (en l'occurrence, les ministères de l'agriculture et de la recherche) influe le scientifique (l'Institut National de Recherche en Agronomie) de la manière la plus explicite. En travaillant sur les notions d'orientation de programmes de recherche, de conflit d'intérêt, et sur les difficultés de communication entre disciplines et entre professions, on se permettra de poser la question philosophique des rapports entre science et société, sous l'angle de l'épistémologie des sciences en train de se faire, et en particulier des sciences en tant qu'elles sont mobilisées, utilisées, et engagées dans la discussion publique.

  • Titre traduit

    Animal Welfare, debating rationalities. A concept at the crossroad of science and politics


  • Résumé

    The concept of Animal Welfare is essentially in-between a descriptive, scientific view, and a normative, political one. These two views may well be complementary, or, on the contrary, contradict each other. An epistemology of the Animal Welfare Sciences is therefore necessary, in order to historically assess the uses of this concept, in public debate and political decision. This study will focus on post-Second World War France, as these place and time show numerous and explicit influences of the political (i.e. Agruculture and Research Ministères) on the scientific (i.e. the Institut National de Recherche en Agronomie). At stake in this study are the notions of research program, conflict of interest, and communication between disciplines and between professions. These epistemological and historical bases first question the practice, the uses, and the public mobilisations of science ; last, not least, they lead to ask the philosophical question about the relations between science and society.