Gestion de crise terroriste en ville : les apports des méthodes géomatiques

par Fanny Di Tursi

Projet de thèse en Géographie - Cergy

Sous la direction de Alexis Sierra et de Damien Masson.

Thèses en préparation à Cergy-Pontoise , dans le cadre de ED DSH - Droit et Sciences Humaines , en partenariat avec Mobilités, réseaux, territoires et environnements (laboratoire) depuis le 01-10-2018 .


  • Résumé

    Depuis 2015, suite aux nombreux attentats qui ont eu lieu en France, et plus largement en Europe, les autorités publiques ont cherché à améliorer la préparation à la gestion de crise à travers différents instruments. Si les travaux de développement d'outils et de méthodes pour aider à mieux gérer des risques naturels tels que la crue dans le milieu urbain, sont bien avancés, ce n'est pas le cas pour la gestion des actes terroristes. Le sujet tend à comprendre en quoi l'innovation d'outils cartographiques peuvent aider à améliorer la gestion de la crise, par toutes ses phases, par les services opérationnels responsables de la sécurité civile, sur des terrains notamment urbains. La question qui lie à la fois les thématiques de la gestion de crise, dans le but de sécuriser la population, et les outils de géomatique, pose un premier enjeu organisationnel. Les données et les outils mobilisés varient en fonction des territoires, des acteurs et des moments. Selon la situation de la région touchée par un attentat terroriste, les autorités de sécurité civile ne vont pas appréhender l'événement de la même manière. Les études menées par les encadrants sur différents terrains en France, au Royaume-Uni et au Pérou notamment permettent d'embrasser un large éventail de caractéristiques culturelles, économiques et politiques et ainsi de pouvoir comparer ou du moins de croiser les expériences et ainsi réduire les incertitudes. Par ailleurs, les contacts obtenus par l'auteure du projet auprès de la Préfecture de Police sont stratégiques afin de débuter nos recherches. Un second enjeu concerne le type de données à traiter propre au risque terroriste. Caractérisé par un aléa multiforme et mobile, articulant mise en réseau des acteurs du terrorisme et territoire affecté, les données à mobiliser sont à la fois quantitatives que qualitatives, couvrant différentes formes spatiales, et obligeant ainsi à une réflexion sur la construction spécifique d'un Système d'Information Géographique appliqué à cette gestion de crise. Ces données posent également la question de la cartographie à construire à la fois pour analyser les situations de crise terroristes que comme outil d'aide à la décision dans l'urgence, avec la nécessité d'innover à ces fins d'opérationnalité.

  • Titre traduit

    Terrorist management in town : geomatics methods


  • Résumé

    Since 2015, further to the attacks(or attempts) which took place in France, and in Europe, the public authorities tried to improve the preparation for the crisis management through various instruments. If the works of development of tools and methods to help a better management of natural risks such as the floods in the urban area, are moved forward well, it is not the case for the management of the terrorist acts. The subject tends to understand in what the innovative cartographic tools can help to improve the management of the crisis, in all its phases, by the operational officers of civil safety, on in particular urban context. The question which binds at the same time the themes of the crisis management, with the aim of reassuring the population, and the tools of geomatics, put a first organizational stake. The data and the mobilized tools vary according to territories, actors and moments. According to the situation of the region affected by a terrorist attack, the authorities of civil safety are not going to arrest the event in the same way.The studies led on various fieldwork in France, in the United Kingdom and in Peru in particular allow to analysis a wide range of cultural, economic and political characteristics and so can cross the experiences and so reduce the uncertainties. Besides, the work experience of the author of the project in the Police headquarters will be strategic to begin this research. A second stake concerns the type of data to be treated appropriate to the terrorist risk. Characterized by a multi-form and mobile chance, articulating networking of the actors of the terrorism and affected territory, the data to be mobilized are at the same time quantitative that qualitative, covering various spatial forms, and so obliging a reflection on the specific construction of a Geographical Information system applied to this crisis management. These data lift the third practical stake: That of the mapping to be built for the analysis of the situations of terrorist crisis and for the decision-making support in the urgency with the necessity of innovating so much to represent territories which are not it still (in particular 3D, indoor), that to facilitate the apprehension of devices (maps) by the largest number.