Santé de la reproduction des femmes vivant avec le VIH sous traitement antirétroviral dans le cadre de l'intégration des services de santé sexuelle et reproductive aux soins VIH à Abidjan, Côte d'Ivoire.

par Kiswend-sida Tiendrebeogo

Projet de thèse en Santé publique Epidémiologie

Sous la direction de Renaud Becquet.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Bordeaux Research Center for Population Health (laboratoire) et de T2 - Maladies infectieuses dans les pays à ressources limitées (equipe de recherche) depuis le 08-07-2016 .


  • Résumé

    Au cours de la dernière décennie, l'accès aux traitements antirétroviraux (TARV) en Afrique sub-saharienne a permis de réduire considérablement la morbi-mortalité des femmes vivant avec le VIH (VIH+) et de prévenir la transmission verticale du virus. Cependant, le risque de mortalité est encore huit fois plus élevé chez les femmes enceintes VIH+ en comparaison à celles non infectées, et environ un quart de la mortalité maternelle serait attribuable au VIH en Afrique sub-saharienne. La problématique de la santé de la reproduction des femmes africaines VIH+ soulève des enjeux complexes à l'ère des TARV. Trois questions au moins restent encore non résolues : 1/Les changements dans le désir, l'intention et la survenue des grossesses dans le contexte actuel d'accès au TARV ; 2/ L'effet de la grossesse sur la santé des femmes VIH+ ; 3/ La maîtrise des choix reproductifs dans un contexte où la disponibilité des services de planification familiale est insuffisante. De plus, les recommandations 2013 de l'Organisation Mondiale de la Santé, et celles de 2012 du Fonds de Nations Unies pour la Population, mettent en avant la nécessité d'intégrer les services de santé sexuelle et reproductive aux soins VIH. Néanmoins, cette intégration n'est pas encore une réalité et n'a pas encore été évaluée en Afrique de l'Ouest alors que l'on passe actuellement à l'ère du TARV universel. Nous nous proposons donc d'évaluer la santé sexuelle et reproductive des femmes VIH+ sous TARV dans le contexte actuel de mise sous traitement précoce en Afrique de l'Ouest. Plusieurs outils épidémiologiques seront utilisés dans le cadre de cette évaluation. Il s'agira de façon spécifique, d'évaluer tout d'abord les principaux indicateurs de santé sexuelle et reproductive mesurés en routine chez les femmes ouest-africaines VIH+ (collaboration IedEA et projets UNFPA à Abidjan et Lomé), puis d'évaluer l'évolution de ces indicateurs dans un contexte d'intégration des soins de santé sexuelle et reproductive à la prise en charge du VIH (cohorte Sidaction WETIV-R à Abidjan), et enfin de construire un plan de passage à l'échelle et d'évaluation de l'intégration des services de santé sexuelle et reproductive aux soins VIH de routine en Côte d'Ivoire. Les résultats de cette thèse contribueront à guider les décisions politiques en matière de santé sexuelle et reproductive dans le cadre de l'infection par le VIH en Afrique de l'Ouest.

  • Titre traduit

    Reproductive health of women infected by HIV under antiretroviral treatments in the context of sexual and reproductive health services into HIV care in Abidjan, Côte d'Ivoire


  • Résumé

    During the last decade, access to antiretroviral treatment (ART) in Sub-Saharan Africa has contributed to significant reduction of morbidity and mortality in women living with HIV and of mother-to-child transmission of the virus. However, pregnant women infected by HIV face eight times greater risks of mortality compared to those uninfected, and a quarter of maternal mortality would be attributed to HIV in Sub-Saharan Africa. The reproductive health problems of HIV infected women in Africa highlight some complex issues in the ART era. At least three issues still need to be answered; (1) evolution procreation desire in the current context of ART; (2) impact of pregnancy on the health of HIV infected women; and (3) control of reproductive choices when availability of family planning services are insufficient. The recommendations made by the World Health Organization in 2013 and those of United Nations Fund for Population (UNFPA) in 2012 have both underlined the necessity for the integration of sexual and reproductive services in HIV care; however this has not been implented in the field nor evaluated in West Africa whereas universal access to ART is currently taking place. We therefore propose to evaluate the sexual and reproductive health of HIV infected women under ART within the current context of early treatment in West Africa. Some epidemiological tools will be used in this evaluation. First, we will specifically evaluate the principal indicators of sexual and reproductive health, routinely measured in HIV infected women in West Africa (collaboration with IeDEA and UNFPA projects in Abidjan and Lomé). We will also evaluate the evolution of these indicators within the context of the integration of sexual and reproductive health services in HIV care (WETIV-R cohort in Abidjan supported by Sidaction) and to establish a plan for scaling-up and for evaluation of the integration of sexual and reproductive health services in routine HIV care in Côte d'Ivoire. The results of this PhD thesis will contribute to guide the political decisions related to sexual and reproductive health in the context of HIV infection in West Africa.