Conflit armé et reconfiguration des rapports de genre en Casamance (Sénégal) : la féminisation du « ni guerre ni paix » et ses limites

par Soukeyna Niang (Dieng)

Projet de thèse en Sociologie

Sous la direction de Éric MacÉ et de Fatou Sarr.

Thèses en préparation à Bordeaux en cotutelle avec l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Centre Emile Durkheim (laboratoire) depuis le 03-10-2016 .


  • Résumé

    Problème, objet de la recherche, originalité du travail : Les violences en temps de guerre affectent différemment les hommes et les femmes, d'où l'intérêt d'aborder la question du genre dans les conflits : si les violences armées et les incarcérations concernent surtout les hommes, les femmes subissent davantage des violences multiformes, en particulier les violences sexuelles, d'où l'intérêt d'étudier leur capacité de résilience et leur capacité à se mobiliser pour construire la paix. En Casamance, des groupes de femmes ont eu un rôle extrêmement important dans toutes les phases du conflit : elles ont participé à son déclenchement, ont contribué à l'augmentation de son intensité et elles sont encore à ce jour des actrices de premier plan pour sa cessation. Ce travail aura pour objet d'étudier leur implication dans ces différentes phases du conflit. La démarche consistera à s'appuyer sur une sociologie des rapports de genre en Casamance dans une perspective historique, en étudiant la situation précoloniale du Sénégal pour savoir ce que la colonisation a changé, ce que l'indépendance du Sénégal a changé, ce que le conflit en Casamance a changé, ceci afin de déterminer les points d'appui et l'enchevêtrement des rapports de pouvoir qui s'exercent en Casamance dans la vie sociale et dans la dynamique du conflit. Objectifs, hypothèses : Il s'agira d'analyser la problématique du genre dans les conflits (impact différencié sur les hommes et sur les femmes), puis d'étudier le rôle des femmes dans les différentes phases du conflit en Casamance en mettant l'accent sur celle de la construction de la paix. Il s'agira surtout de comprendre ce qui fait obstacle à tous leurs efforts de pacification, car malgré leur mobilisation le conflit qui oppose le gouvernement du Sénégal au Mouvement des Forces Démocratiques en Casamance (MFDC) est toujours en cours, et ce depuis 35 ans. Méthode : Terrain en Casamance auprès de tous les acteurs impliqués dans toutes les dimensions du conflit (ONG, gouvernement, groupes rebelles et autres types d'acteurs). Résultats attendus : connaissance des différentes stratégies mises en œuvre par les femmes pour construire et rétablir la paix ; démonstration de la nécessaire prise en compte de la problématique du genre et de la nécessaire implication de la société civile dans la résolution des conflits. Étapes opérationnelles et calendrier de la recherche : Dans le cadre de la cotutelle, période de six mois au Sénégal et six mois en France. La période de six mois passés au Sénégal me permettra de faire du terrain en Casamance ; cela correspondra à une période de 18 mois de terrain.

  • Titre traduit

    Armed conflict and reconfiguration of gender relations in Casamance (Senegal): the limited feminization of the "neither war nor peace"


  • Résumé

    Problème, objet de la recherche, originalité du travail : Les violences en temps de guerre affectent différemment les hommes et les femmes, d'où l'intérêt d'aborder la question du genre dans les conflits : si les violences armées et les incarcérations concernent surtout les hommes, les femmes subissent davantage des violences multiformes, en particulier les violences sexuelles, d'où l'intérêt d'étudier leur capacité de résilience et leur capacité à se mobiliser pour construire la paix. En Casamance, des groupes de femmes ont eu un rôle extrêmement important dans toutes les phases du conflit : elles ont participé à son déclenchement, ont contribué à l'augmentation de son intensité et elles sont encore à ce jour des actrices de premier plan pour sa cessation. Ce travail aura pour objet d'étudier leur implication dans ces différentes phases du conflit. La démarche consistera à s'appuyer sur une sociologie des rapports de genre en Casamance dans une perspective historique, en étudiant la situation précoloniale du Sénégal pour savoir ce que la colonisation a changé, ce que l'indépendance du Sénégal a changé, ce que le conflit en Casamance a changé, ceci afin de déterminer les points d'appui et l'enchevêtrement des rapports de pouvoir qui s'exercent en Casamance dans la vie sociale et dans la dynamique du conflit.