L'École d'éducation physique bordelaise : une œuvre hygiénique au fondement solidariste (1888-1968)

par Julien Krier

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de Jean-François Loudcher.

Thèses en préparation à Bordeaux , dans le cadre de Sociétés, Politique, Santé Publique , en partenariat avec Laboratoire Cultures, Education, Sociétés (laboratoire) et de Vie sportive (equipe de recherche) .


  • Résumé

    Ce travail propose d'étudier les spécificités d'un territoire pionnier en matière d'éducation physique dans la première moitié du XXe siècle. Si l'action de la Ligue Française d'Education Physique (LFEP) et des principaux membres promoteurs d'une éducation physique (EP) hygiénique sont désormais bien connus, leurs imbrications avec la dynamique locale demeurent peu mobilisées pour comprendre l'institutionnalisation d'une méthode d'EP portée par une partie de la communauté bordelaise. Le consensus local repose sur des principes collectivement partagés par ce que l'on peut désormais appeler l'école d'EP bordelaise. La doctrine solidariste fournit les clés de compréhension de son identité. Dans une perspective positiviste, la pensée solidariste entend contribuer au progrès social, c'est-à-dire œuvrer à une société plus juste. Pour ce faire, l'éducation physique doit développer la solidarité comprise dans une vision organiciste, centrée alors sur l'interdépendan ce des individus. L'enjeu est de former des individus forts en bonne santé pour contribuer au progrès collectif. Dans ce projet, les sciences sont nécessaires pour comprendre et assurer une forme de rationalité à la méthode éducative. Une éducation physique éclectique, rationnelle et hygiénique structure ainsi le courant bordelais qui s'érige après la Seconde Guerre mondiale en une école de pensée identifiable et reconnue dans le champ de l'éducation physique scolaire. Dans cet itinéraire, la Ligue constitue le support institutionnel et assure l'héritage du socle doctrinal de l'école bordelaise. Comprendre sa genèse a nécessité un détour épistémologique pour dénouer les fondements idéologiques, nous conduisant sur le chemin d'une histoire des idées. Une approche socio-historique a également été mobilisée afin de saisir l'articulation entre le contexte et les trajectoires individuelles pour tenter d'apprécier l'imbrication des mécanismes relevant d'enjeux nationaux et plus locaux. L'é tude souhaite ainsi interroger l'existence d'une école d'éducation physique bordelaise et par là, la capacité d'innovation d'un territoire, résultant à la fois de contingences locales tout en étant le fruit d'un contexte (politique et scientifique) lié aux évolutions nationales.

  • Titre traduit

    Bordeaux's school of Physical Education : a hygienic work with a solidarist foundation (1888-1968)


  • Résumé

    This work proposes to study the specificities of a pioneering territory in terms of physical education in the first half of the 20th century. If the action of the French League of Physical Education (LFEP) and the main members promoting hygienic physical education (EP) are now well known, their interweaving with the local dynamic remains little mobilized to understand the institutionalization of a PE method carried by part of the Bordeaux community. The local consensus is based on principles collectively shared by what can now be called the Bordeaux PE school. Solidarist doctrine provides the keys to understanding its identity. From a positivist perspective, solidarist thought intends to contribute to social progress, that is to say to work for a more just society. To do this, physical education must develop solidarity understood in an organicist vision, then centered on the interdependence of individuals. The challenge is to train strong, healthy individual s to contribute to collective progress. In this project, the sciences are necessary to understand and ensure a form of rationality to the educational method. Eclectic, rational and hygienic physical education thus structures the Bordeaux movement, which after World War II becomes an identifiable and recognized school of thought in the field of school physical education. In this itinerary, the League constitutes the institutional support and ensures the legacy of the doctrinal base of the Bordeaux school. Understanding its genesis required an epistemological detour to unravel the ideological foundations, leading us on the path of a history of ideas. A socio-historical approach was also used in order to grasp the articulation between the context and individual trajectories in an attempt to appreciate the interweaving of mechanisms relating to national and more local issues. The study thus wishes to question the existence of a Bordeaux physical education school and thereby the capacity for innovation of a territory, resulting both from local contingencies while being the result of a (political and scientific) linked to national developments.