Lutter contre la répression et organiser la solidarité ouvrière : du Secours Rouge International au Secours Populaire (1923 - 1945)

par Corentin Lahu

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Jean Vigreux.

Thèses en préparation à Bourgogne Franche-Comté , dans le cadre de SEPT - Sociétés, Espaces, Pratiques, Temps , en partenariat avec CGC - Centre Georges Chevrier (laboratoire) depuis le 30-09-2015 .


  • Résumé

    Si l'histoire du Parti Communiste Français a fait l'objet de nombreuses études et continue aujourd'hui de susciter l'intérêt des historiens, les organisations dites « satellites » qui gravitaient autour du PCF et encadraient la vie sociale des militants et sympathisants sont encore pour certaines d'entre elles largement méconnues. C'est le cas du Secours Rouge International, fondé en 1922 au IVe Congrès de l'Internationale Communiste, et dont la section française voit le jour l'année suivante. Cette organisation de masse se donne pour objectif d'organiser – sur le plan matériel, moral, juridique et politique – la solidarité avec les combattants révolutionnaires victimes de la répression bourgeoise, la défense de l'URSS ainsi que le soutien aux minorités nationales et aux luttes contre l'oppression coloniale. A partir de 1934, de manière concomitante au tournant politique du PCF – qui adopte progressivement la ligne de front populaire face à la menace fasciste –, la section française du SRI connaît une importante mutation qui se traduit par un changement de dénomination. Il devient alors le Secours populaire de France et des colonies, ancêtre et préfiguration du Secours populaire français de l'après 1945. Cette thèse proposera une étude globale de la section française du SRI depuis sa fondation en 1923 jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale (plus précisément jusqu'à la naissance du SPF en 1945), en passant par sa transformation en Secours populaire de France et des colonies au milieu des années 1930. En amont de la thèse d'Axelle Brodiez, elle permettra ainsi d'avoir une connaissance élargie des logiques de solidarité et d'entraide dans le mouvement communiste en France durant tout le XXe siècle. Il s'agira aussi de travailler sur les campagnes menées par le SRI (agit-prop, manifestations, etc.), leurs répercussions, sans oublier les hommes et les femmes mobilisés dans ce contexte. Cette thèse veillera tout particulièrement à penser les rapports centre/périphérie et les jeux d'échelles. Il s'agira ainsi d'analyser les relations de la section française du Secours Rouge avec la direction internationale du SRI, ainsi qu'avec la direction nationale et les structures locales du PCF. Il conviendra alors de s'interroger sur les degrés d'autonomie existant vis-à-vis de ces organismes de tutelle. Parmi les autres interrogations qui guideront ce travail, les liens avec les autres organisations du mouvement ouvrier, communistes ou non, ainsi qu'avec les institutions étatiques seront étudiés. Enfin, cette thèse s'inscrira dans une réflexion plus large sur le concept de solidarité, abordée tant d'un point de vue culturel et idéologique que pratique : nous pourrons ainsi retracer les héritages et les emprunts à l'histoire plus longue du mouvement ouvrier, mais aussi aux valeurs chrétiennes, sans négliger pour autant les apports du monde communiste et les ruptures engendrées par la révolution d'Octobre.

  • Titre traduit

    Fight repression and organize working-class solidarity: from Secours Rouge International to Secours Populaire (1923 - 1945)


  • Résumé

    Even if the history of the French Communist Party has been the subject of numerous studies and continues until today to arouse the interest of historians, the so-called "satellite" organizations that revolved around the PCF and framed the social life of militants and sympathizers are still for some of them largely unknown. This is the case of the Secours Rouge International, founded in 1922 at the Fourth Congress of the Communist International, which the French section was born the following year. This mass organization's objective is to organize - in material, moral, legal and political level - solidarity with the victims of revolutionary fighters' bourgeois repression, defense of the USSR as well as support to national minorities and struggles against colonial oppression. Beginning in 1934, concomitant with the political turn of the PCF - which gradually adopted the line of popular front against the fascist threat - the French section of the SRI experiencing significant mutation that results in a change of name. It became then the Secours populaire de France et des colonies, ancestor and foreshadowing the Secours populaire français after 1945. This thesis will propose a global study of the French section of the SRI since its foundation in 1923 until the end of the Second World War (more precisely until the birth of the SPF in 1945), through its transformation into Secours populaire de France et des colonies in the mid-1930s. Upstream of the thesis of Axelle Brodiez it will have a broader knowledge of the logic of solidarity and mutual assistance in the communist movement in France during the twentieth century. It will also be necessary to work on the campaigns carried out by the SRI (agitprop, manifestations, etc.), their repercussions, not forgetting the men and women mobilized in this context. This thesis will pay particular attention to thinking about the center/periphery relations and analysing the different scales (from international to local level). It will be well to analyze the relationship of the French section of the Secours rouge with the international direction of the SRI, and with the national leadership and local structures of the PCF. It will then be necessary to consider the degree of existing autonomy vis-à-vis these supervisory bodies. Other questions that will guide this work, links with other organizations of the labor movement, communist or not, as well as state institutions will be studied. Finally, this thesis will be part of a broader reflection on the concept of solidarity, approached from a cultural, ideological and practical point of view: we will be able to trace the inheritances and borrowings from the longer history of the workers' movement, but also to the Christian values, without neglecting the contributions of the communist world and the ruptures engendered by the October revolution.