Les critères d'arbitrabilite des litiges, Analyse Comparée Droit OHADA et Droit français

par Kevin oscar jérémie Dizo

Projet de thèse en Droit privé et sciences criminelles

Sous la direction de Hélène Peroz et de Joseph Fometeu.

Thèses en préparation à Nantes , dans le cadre de DSP - Droit et Science Politique (Nantes) depuis le 26-10-2017 .


  • Résumé

    L’espace OHADA regroupe dix-sept Etats de l’Afrique subsaharienne principalement membre de la zone Franc. Par le traité de Port-Louis (modifié au Québec en 2008) et ses actes uniformes, ces Etats ont harmonisé leur droit des affaires. Ainsi a été adopté, à coté de biens autres, l’acte uniforme sur le droit de l’arbitrage. Il faut noter que l’OHADA, dans son plan d’action, a eu pour ambition de faire de l’arbitrage le mode privilégié de règlement des litiges en matière de Droit des affaires. Cette volonté du législateur mettra donc en concurrence la justice étatique des Etats-membres avec les juridictions arbitrales de l’espace OHADA. De cette confrontation, nait la question de l’arbitrabilité des litiges. La question de l’arbitrabilité des litiges est d’actualité et se pose dans toutes les législations ayant admis l’arbitrage. Elle se pose tant en Droit français qu’en Droit OHADA. En ce qui concerne le droit OHADA, celui-ci a prévu des normes permettant de traduire la notion d’arbitrabilité. Malheureusement à l’instar du droit français, les textes de l’OHADA restent flous et méritent d’être analyses pour fixer de manière précise les critères permettant de déterminer les litiges pouvant faire l’objet d’arbitrage. En Droit OHADA, ces normes découlent à la fois du Traité de l’OHADA et de l’acte uniforme sur le droit de l’arbitrage complété par le règlement d’arbitrage de la CCJA. En droit français, ces textes sont diversifiés mais on retient principalement les dispositions des articles 2059 à 2061 du code civil français et les dispositions du code de procédure civile relatives à l’arbitrage. Il importe donc de s’interroger sur la détermination des critères efficients permettant de délimiter avec minutie les litiges pouvant faire l’objet d’un règlement par l’arbitrage. La détermination de ces critères se fera à partir d’une définition précise du domaine de l’arbitrage ; c’est-à-dire à partir de la détermination des litiges pouvant faire l’objet d’un règlement par la voie arbitrale, voire la recherche des solutions aux conflits juridictionnels entre l’arbitre et le juge étatique. Cette recherche est nécessaire car d’un point de vue pratique, elle contribuera à une délimitation pragmatique de la compétence en matière arbitrale et à donner aux arbitres des outils efficaces. De même, d’un point de vue théorique, cette recherche va amorcer une étude de l’arbitrabilité des litiges dans une approche générale.

  • Titre traduit

    Litigations Arbitrability criterias ,Compared analysis French Right and OHADA Right


  • Résumé

    Space OHADA gathers seventeen States of sub-Saharan Africa mainly member of the free zone. By the treaty of Port-Louis (modified in Quebec in 2008) and its uniform acts, these States harmonized their right of the business. Thus was adopted, beside different goods, the uniform act on the right of the arbitration. It should be noted that the OHADA, in its action plan, had as an ambition to make to arbitration the privileged mode of regulation of the litigations as regards Right of the business. This will of the legislator will thus put in competition the official justice of the Member States with the courts of arbitration of space OHADA. Of this confrontation, is born the question from the arbitrability of the litigations. The question of the arbitrability of the litigations is of news and arises in all the legislations having admitted the arbitration. It is posed as well in French Right as in Right OHADA. With regard to the right OHADA, this one envisaged standards allowing to translate the concept of arbitrability. Unfortunately following the example of the French right, the texts of the OHADA remain fuzzy and deserve to be analyses to fix in a precise way the criteria making it possible to determine the litigations being able to be the object of arbitration. In Right OHADA, these standards rise at the same time from the Treaty of the OHADA and the uniform act on the right of the arbitration supplemented by the regulation of arbitration of the CCJA. In French right, these texts are diversified but one retains mainly the provisions of articles 2059 to 2061 and the provisions of the code of civil procedure relating to the arbitration. It is thus important to wonder about the determination of the efficient criteria making it possible to delimit with meticulousness the litigations being able to be the object of a regulation by the arbitration. The determination of these criteria will be done starting from a precise definition of the field of the arbitration; i.e. starting from the determination of the litigations being able to be the object of a regulation by the arbitration way, even the search for the solutions to the jurisdictional conflicts between the referee and the official judge. This research is necessary because from a practical point of view, it will contribute to a pragmatic delimitation of arbitration matter competence and to give to the referees effective tools. In the same way, from a theoretical point of view, this research will start a study of the arbitrability of the litigations in a general approach.