Statistique d'occurrence des planètes autour des naines M et caractérisation fine de l'effet de leur activité stellaire sur la détection par Vitesse Radiale de planètes telluriques en zone habitable.

par Lucile Mignon

Projet de thèse en Astrophysique et Milieux Dilués

Sous la direction de Xavier Delfosse, Nadège Meunier et de Xavier Bonfils.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de Physique , en partenariat avec Institut de Planetologie et d'Astrophysique de Grenoble (laboratoire) depuis le 16-10-2017 .


  • Résumé

    La limite principale pour la détection d'exoplanètes par la méthode de la vitesse radiale est due à l'activité stellaire. Notamment la présence de tâches à la surfaces des étoiles provoquant une déformation de la raie et une apparente variation de vitesse radiale qui peut mimer la présence de planètes. Le premier but de la thèse est d'optimiser la détection de planètes en caractérisant finement cet effet dénommé jitter (ce qui permettra de le corriger). Le second travail sera consacré à l'analyse statistique de la population d'exoplanètes autour des naines M. Les taux d'occurence qui seront obtenus seront essentiels pour déterminer la fraction des planètes dans le voisinage solaire, incluant notamment les planètes orbitant dans la zone habitable de leurs étoiles. Pour finir, Une comparaison des données HARPS et SPIRou, mesurant le jitter vitesse radiale en optique et en infrarouge, pourra être effectuée durant la thèse (suivant l'avancé des deux premiers objectifs).

  • Titre traduit

    Planetary occurrence statistique around M dwarf and characterization of the effect of their stellar activity on detection of telluric exoplanets in habitable zone by Radial velocity method.


  • Résumé

    The main limit for the detection of exoplanets by the radial velocity method is due to stellar activity. Especially the presence of spots on stars' surface causing a deformation of the line and an apparent variation of radial velocity that can mimic the presence of planets. The first goal is to optimize the detection of planets by characterizing this effect called Jitter (which will correct it). The second work will be devoted to the statistical analysis of the population of exoplanets around M dwarfs. Rates of occurrence that will be obtained will be essential to determine the fraction of the planets in the solar neighborhood, including in particular planets orbiting in the habitable zone. Finally, a comparison of the HARPS and SPIRou data, measuring the radial velocity jitter in optical and infrared, can be carried out during the thesis (following the advance of the first two objectives).