On a ri comme au Palais-Royal!": panorama archivistique d'un temple du rire parisien au temps de l'industrialisation des spectacles (1858-1906)

par Amélie Fagnou

Projet de thèse en Histoire, histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de Jean-Claude Yon.

Thèses en préparation à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-....) , en partenariat avec Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (laboratoire) et de Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement de préparation de la thèse) depuis le 01-09-2017 .


  • Résumé

    En 1925, la Bibliothèque nationale de France acquiert la collection du banquier Auguste Rondel (1858-1936), consacrée au Théâtre et aux Arts du spectacle. Textes de pièces, programmes, affiches ou encore recueils factices d'articles de presse sont autant de témoins, accumulés et compilés durant toute une vie, de l'étendue et de la diversité de ce fonds. Celui-ci recèle, en effet, une quantité de sources inestimables pour les chercheurs dont l'un des exemples les plus remarquables est sans nul doute la section dédiée au théâtre du Palais-Royal. Cet ensemble d'archives, cédé à Rondel par un ancien directeur de l'établissement, Eugène Héros, est composé de documents très variés (pièces, partitions, répertoires, journaux de bord ou documents administratifs) couvrant tout le XIXe siècle, du rachat du théâtre en 1831 par Joseph Contat-Desfontaines dit "Dormeuil" jusqu'à la fin de la direction de Maurice Charlot en 1906. En 1858, après 27 années passées à la tête de l'institution, Dormeuil cède la place à son fils, Léon, qui s'attache alors à poursuivre l'oeuvre de son prédécesseur. Répertoire comique assumé, longévité des directions, actionnariat, résistance face à l'avant-garde théâtrale, recours à des auteurs et compositeurs à succès (Labiche, Hervé, Feydeau) ainsi qu'à des artistes de renommée (Déjazet, Lhéritier, Brasseur, Gil-Pérès): tels sont les ingrédients d'une "formule" qui marche et qui a permis de conforter le théâtre du Palais-Royal dans sa position de haut lieu parisien du loisir et du délassement jusqu'au début du XXe siècle. Cette étude se propose d'analyser comment l'héritage de Dormeuil père a été exploité par ses successeurs, de 1858 à 1906, et de retracer ainsi l'histoire d'un des temples du rire parisien au prisme de l'industrialisation des spectacles.

  • Titre traduit

    "We laughed as if we were at Palais-Royal theatre!": an archival overview of a Parisian monument during the entertainment's industrialization (1858-1906)


  • Résumé

    In 1925, the Bibliothèque nationale de France acquires the collection of the banker Auguste Rondel (1858-1936), dedicated to theatre arts. Plays' manuscripts, programs, posters or artificial collections of press articles are so many witnesses, accumulated and compiled during an entire life, of the collection's extent and variety. In fact, this one presents an incredible amount of sources, which are priceless for the researchers, including the whole and impressive section dedicated to the Palais-Royal theatre. This part of archives sold to Rondel by a former director of the establishment, Eugène Héros, is composed by varied documents (plays, music scores, repertories, logbooks or administrative documents) which cover a big part of the XIXth century, from the theatre's purchase in 1831 by Joseph Contat-Desfontaines a.k.a. "Dormeuil" till the Maurice Charlot's direction in 1906. In 1858, after 27 years at the head of the institution, Dormeuil hands over to his son, Léon, who tries hard to pursue his predecessor's project. Comical repertories claimed, directions' « longevity », shareholders, resistance facing theatrical avant-garde, successful authors and composers (Labiche, Hervé, Feydeau) or reputed actors (Déjazet, Lhéritier, Brasseur, Gil-Pérès) : these are the ingredients of a brilliant method which permited to reinforce the Palais-Royal theatre as the Parisian hotspot for entertainment and « délassement » till the firts years of the XXth century. This study propose analyzing how the Joseph Dormeuil's « heritage » was used and managed by his successors, from 1858 to 1906, and otherwise recounting the story of one of the big Parisian monuments dedicated to amusement during the entertainment's industrialisation period.