Sanctions économiques et prolifération nucléaire

par Mathilde Jeantil

Projet de thèse en Droit international

Sous la direction de Julian Fernandez.


  • Résumé

    L'accord sur le nucléaire iranien signé en juillet 2015 et les provocations de la Corée du Nord à chaque annonce de nouvel essai nucléaire alimentent le débat sur l'efficacité des sanctions économiques, particulièrement en réaction à la prolifération nucléaire. Ce projet de thèse ' dans le champ des relations internationales et non du droit stricto sensu ' vise à déterminer si les sanctions économiques peuvent constituer une réponse efficace aux crises de prolifération nucléaire et, le cas échant, à déterminer quelles seraient les sanctions les plus à même de mettre fin à une telle situation. Cela nécessite d'approfondir différents axes de recherche mobilisant à la fois des approches juridiques et économiques. Il est nécessaire dans un premier temps de définir les objets de l'étude à savoir les sanctions internationales et plus précisément les sanctions économiques ainsi que la prolifération nucléaire. Doivent ensuite être déterminés les fondements juridiques permettant l'adoption de telles mesures coercitives. L'analyse doit ensuite porter sur l'identification des acteurs de ce mécanisme de coercition et des caractéristiques des cibles de ces instruments. Ensuite, il est nécessaire d'apprécier l'effectivité des mesures coercitives prises à l'encontre de l'État cible avant de traiter la question de leur efficacité à faire cesser l'illicite ou la menace à la paix et à la sécurité internationale en matière de prolifération nucléaire. Cette analyse complète du processus de sanctions dans le contexte particulier des crises de prolifération nucléaire doit permettre d'identifier les facteurs clés de succès de ces mesures et ainsi guider la gestion de crises futures.


  • Pas de résumé disponible.