Les déportations politiques au sein de l'empire colonial français. Des récits, des archives et des voix pour dessiner une carte cinématographique de la décolonisation, telle qu'elle n'a pas pu être, telle qu'elle n'est pas encore.

par Pierre Michelon

Thèse de doctorat en SACRe, arts visuels

Sous la direction de Emmanuelle Cherel.


  • Résumé

    « Ubi solitudinem faciunt, pacem appellent » (italiques) « Là où ils ont créé la solitude, là où ils ont fait le vide et le silence, ils appellent cela la paix » (italiques) Tacite, Discours de Calgacus en 83, cité par l'historien Louis-José Barbançon dans « La Conférence de Louis-José Barbançon sur les déportations politiques », Mwà Véé, Revue culturelle kanak, n°51, 2006, p.51 De Guyane française ("française" en italiques), de Kanaky, d'Algérie ou de France des voix s'élèvent, celles des condamné.e.s politiques déporté.e.s par la puissance coloniale face à laquelle ils ou elles tentaient de faire front. Une histoire méconnue se dévoile et se construit : elle mêle des espaces géographiques et des destins multiples ; des idéologies et des contextes de luttes qui se rencontrent, s'associent ou s'opposent ; des correspondances clandestines, acheminées ou non ; des « travaux » forcés, des évasions ou des disparitions. C'est un passé commun, un passé traduit et pluriel. C'est écrire ou parler l'histoire de la violence. Cette fable politique se construit avec celles et ceux qui se souviennent. Quelques enfants de condamné.e.s, quand ils le peuvent, quand ils le veulent, évoquent la mémoire de leurs parents déportés ; d'autres militant.e.s parlent de leurs luttes au présent de l'indicatif, depuis la « postcolonie », depuis « l'outre-mer ». Avec elles et avec eux, Pierre Michelon collecte et produit un ensemble de poèmes, de traductions et de films, qui raconteraient — conditionnel — une histoire des décolonisations, telles qu'elles n'ont pas pu être, telles qu'elles ne sont pas encore.

  • Titre traduit

    Political deportations in french colonial empire. Narratives, archives and voices are drawing a cinematographic and decolonizing map.


  • Résumé

    « Ubi solitudinem faciunt, pacem appellent » (italiques) « [...] and where they make a desert they call it peace » (trad. Oxford revised edition) « There where they brought desolation, where they imposed nothingness and silence, they call that peace » (italiques) (traduction : Tom Stockton) Tacitus, Discourse pronounced by Calgacus in 83, excerpt from Agricola, quoted by the historian Louis-José Barbançon in « La Conférence de Louis-José Barbançon sur les déportations politiques », Mwà Véé, Revue culturelle kanak, n°51, 2006, p.51 Timidly the winds have been whispering in the rushes and from French Guiana ("french" en italiques), Kanaky, Viêt Nam, Algeria or France rising voices have started to escape. These voices are those of political prisoners, deported by the colonial powers that they were trying to oppose. Across this story's complex cloth diverse geographies and multiple destinies have been woven ; manifold ideologies and contexts of struggle have met and thereafter twined or opposed one another ; bright threads from clandestine correspondences (arrived or not) have been stitched ; forced “labour”, stories of escapes and disappearances have recurred as disturbing patterns. With some of the prisoners descendants, when they are able to, when they want, Pierre Michelon is gathering a serie of poetic videos, translations, and collective memories. (traduction : Tom Stockton)