Les ressources psychosociales comme instruments de reprise du pouvoir d'agir : le cas de formateurs d'enseignants en ESPE confrontés à un nouveau dispositif de formation

par Pierre alain Filippi

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Frederic Saujat.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Cognition, langage, éducation (356) .


  • Résumé

    Comment les formateurs d’enseignants réussissent-ils à faire face aux réformes ? Pour répondre, nous avons conçu une intervention-recherche (IR) avec une approche ergonomique de l’activité en soutien d’une demande de formateurs, qui, face à une troisième réforme en moins de dix ans, se questionnent sur la mise en œuvre d’un nouveau dispositif de formation destiné à opérationnaliser l’alternance. Cette IR est conçue avec une triple visée, exploratoire puis transformative et épistémique. Nous avons d’abord procédé à un diagnostic exploratoire pour ensuite contribuer à provoquer et accompagner un processus de développement de l’activité professionnelle auprès de formateurs engagés dans l’IR. Nos principaux résultats montrent que, pour travailler, face à ces changements à marche forcée, sans accompagnement institutionnel, ni création d’espaces d’échanges collectifs, les formateurs recyclent d’anciennes manières de faire et de penser la formation. Par la suite, le milieu généré par l’IR va permettre l’élaboration d’un collectif de travail capable de mobiliser des ressources psychosociales au service de l’élaboration de nouveaux buts permettant une reprise du pouvoir d’agir de chacun et la réélaboration de règles de métiers. A l’issue de cette recherche, nous soutenons qu’un autre mode de réforme est à envisager en mobilisant l’expertise et l’expérience des formateurs. Nous pensons qu’en utilisant les méthodes et les outils de l’analyse du travail réel, au sein d’espaces collectifs de travail, peut s’engager une réélaboration collective des prescriptions de la réforme dont l’intention n’est plus la rupture mais la transformation efficiente de l’existant par son amélioration.

  • Titre traduit

    Psychosocial resources as tools for empowerment: the case of ESPE teacher trainers faced with a new training scheme


  • Résumé

    How do teacher trainers cope with reforms? To answer this question, we designed an intervention-research (IR) with an ergonomic approach to the activity in support of a demand from trainers who, faced with a third reform in less than ten years, are questioning the implementation of a new training scheme designed to operationalise work-linked training. This IR is designed with a threefold aim: exploratory, then transformative and epistemic. We first carried out an exploratory diagnosis and then helped to initiate and support a process of development of professional activity with trainers involved in IR. Our main results show that, in order to work with these forced changes, without institutional support or the creation of spaces for collective exchange, trainers recycle old ways of doing and thinking about training. Subsequently, the environment generated by the IR will allow the development of a working collective capable of mobilising psychosocial resources to develop new goals that will enable each individual to regain the power to act and to re-develop the rules of the trade. At the end of this research, we maintain that another mode of reform should be suggested by mobilising the expertise and experience of trainers. We believe that by using the methods and tools of analysis of real work, within collective work spaces, a collective reworking of the prescriptions of the reform can be undertaken, the intention of which is no longer the rupture but the efficient transformation of what already exists through its improvement.