Lecture plastique et approche sensible d’un rite : la tauromachie

par Marie-Laure Guégan

Projet de thèse en Arts plastiques

Sous la direction de Sandrine Ferret.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    La tauromachie a inspiré de grands artistes, écrivains et nombre de théoriciens. Nous inscrivant dans cette filiation, nous avons engagé une recherche artistique et universitaire sur cet art de la désillusion, en nous frayant un passage dans le labyrinthe de cet univers si particulier. L’approche plastique (pour partie photographique) qui en découle ne se veut en aucun cas littérale, c’est-à-dire une "copie" de l’acte tauromachique. Au contraire, cette recherche prend appui sur l’évocation, elle se situe du côté de l’allusion ; elle tend à figurer de façon détournée, oblique, l’essence de la corrida. De la sorte, se trouve privilégiée l’approche heuristique dans cette étude directement issue de la somme des expériences menées, in situ, en terres taurines à partir du sol, de l’humus, sur lesquels croissent les "fauves" comme les hommes qui les affrontent. La construction du présent travail s’ouvre d’abord sur une approche historique qui permet de fixer temporellement et géographiquement le rite tauromachique ainsi que son évolution. Ensuite, pour traiter de ce rite sacrificiel, nous nous attarderons sur les notions de transgression et de transsubstantiation complétés par une étude du corps singulier du torero. Pour finir, il sera question d’espaces qu’ils soient réels ou symboliques ainsi que de temporalités multiples. Pour rendre compte de la complexité de ces enjeux (animalité, corps, rapport au temps et à la mort, relation au sublime et au monstrueux), les œuvres créées fonctionnent à la manière de chambres d’écho, réminiscences de l’atmosphère tauromachique. Présentées sous la forme d’installation, ces œuvres existent comme "lieux" de condensation.


  • Pas de résumé disponible.