LES CULTES DE L'AMOUR DANS LA PHILOSOPHIE ANTIQUE DE PYTHAGORE À ÉPICURE

par Pierre-michel Martinez

Projet de thèse en Philosophie

Sous la direction de Jean-Luc PÉrilliÉ.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec CRISES - Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales (laboratoire) depuis le 01-09-2016 .


  • Résumé

    Notre thèse de Doctorat porte sur la compréhension du lien entre le culte d'Eros et la philosophie antique. Nous commençons notre recherche par les poèmes dédiés au dieu Eros en étudiant les écrits d'Hésiode et d'Aristophane. Nous poursuivons par la compréhension de son culte notamment chez les orphiques. Ensuite nous nous consacrons à l'hoplite qui se cache derrière le philosophe, en nous focalisant sur Homère, plus particulièrement son mythe de l'amitié guerrière représentée par Achille et Patrocle. Cet épisode étudie les pratiques érotiques et le culte d'Eros sur les champs de batailles. La deuxième partie de notre thèse a pour épicentre Socrate comme « homme érotique ». Ce chapitre est consacré au lien entre philosophie et Eros, en séparant la généalogie de Socrate, en premier, son héritage avec Aspasie et Diotime, et les sophistes, en second, ses héritiers, des platoniciens aux cyniques, en puisant dans toutes les œuvres où Eros est explicité, là où la maïeutique devient érotique et la philosophie amour. La troisième partie de cette thèse met en parallèle Eros et Philia. Nous étudions Aristote et Epicure dans les œuvres où l'amour et l'amitié deviennent le moteur premier du monde mais également une activité divine. En conclusion, notre thèse articule la pensée des anciens et l'état actuel de la recherche, pour appréhender où nous en sommes, afin de clarifier là où nous allons, dans un travail axé autour de cette question : y-a-t-il eu un culte philosophique d'Eros ? En d'autres termes, y-a-t-il eu une philosophie de l'amour qui s'est mise en place chez les anciens ? Il s'agit de sonder le fond mythologique de la philosophie, de mettre en lumière ses liens avec deux mondes, celui des batailles grecques, d'Achille le vengeur de Patrocle à Socrate le sauveur d'Alcibiade, et celui de la culture du mystère que partage les orphiques, les pythagoriciens en accord avec les pratiques de leur temps, avec toutes les entraves que cela peut engendrer. En conclusion, notre thèse articule la pensée des anciens et l'état actuel de la recherche, pour appréhender où nous en sommes, afin de clarifier là où nous allons, dans un travail axé autour de cette question : y-a-t-il eu un culte philosophique d'Eros ? En d'autres termes, y-a-t-il eu une philosophie de l'amour qui s'est mise en place chez les anciens ? Il s'agit de sonder le fond mythologique de la philosophie, de mettre en lumière ses liens avec deux mondes, celui des batailles grecques, d'Achille le vengeur de Patrocle à Socrate le sauveur d'Alcibiade, et celui de la culture du mystère que partage les orphiques, les pythagoriciens en accord avec les pratiques de leur temps, avec toutes les entraves que cela peut engendrer. 1 « Socrate, "homme érotique" (erôtikos anèr) ? » Kentron, Revue pluridisciplinaire du monde ancien, Presse Universitaire de Caen, vol. 31, 2015, p. 91-126.

  • Titre traduit

    THE CULT OF LOVE IN ANCIENT PHILOSOPHY FROM PYTHAGORE TO EPICURE


  • Résumé

    Our doctoral thesis focuses on understanding the link between the cult of Eros and ancient philosophy. We begin our search by poems dedicated to the god Eros by studying the writings of Hesiod and Aristophanes. We continue by understanding its worship especially among the Orphic. Then we focus on the hoplite behind the philosopher, by focusing on Homer, especially its myth of friendship represented by warrior Achilles and Patroclus. This episode examines the erotic practices and the worship of Eros on the battlefield. The second part of our thesis is Socrates epicenter as "erotic man." This chapter is devoted to the relationship between philosophy and Eros, separating the genealogy of Socrates, first, his legacy with Aspasia and Diotima, and the Sophists, second, his heirs, Platonic the cynics, drawing on all the works that Eros is explained, where the Socratic method becomes erotic love and philosophy. The third part of this thesis parallels Eros and Philia. We study Aristotle and Epicurus in the works where love and friendship become the first engine in the world but also a divine activity. In conclusion, our thesis revolves thought of former and current state of research, to understand where we are, to clarify where we are going, in a work centered around this question: is there a had a philosophical cult of Eros? In other words, is he had a philosophy of love that is in place in the former? This is to probe the mythological background of philosophy, to highlight its links two worlds, that of Greek battles, Achilles avenging Patroclus Socrates savior of Alcibiades, and the culture of the mystery that shares the Orphic, the Pythagoreans in accordance with the practices of their time, with all the obstacles that may result. In conclusion, our thesis revolves thought of former and current state of research, to understand where we are, to clarify where we are going, in a work centered around this question: is there a had a philosophical cult of Eros? In other words, is he had a philosophy of love that is in place in the former? This is to probe the mythological background of philosophy, to highlight its links two worlds, that of Greek battles, Achilles avenging Patroclus Socrates savior of Alcibiades, and the culture of the mystery that shares the Orphic, the Pythagoreans in accordance with the practices of their time, with all the obstacles that may result. 1 « Socrate, "homme érotique" (erôtikos anèr) ? » Kentron, Revue pluridisciplinaire du monde ancien, Presse Universitaire de Caen, vol. 31, 2015, p. 91-126.