Lactobacillus salivarius isolé du caecum du poulet tunisien : caractérisation de sa bactériocine anti-Campylobacter et de son potentiel probiotique

par Soumaya Messaoudi

Thèse de doctorat en Bactériologie

Sous la direction de Blandine Lieubeau.


  • Résumé

    Les objectifs principaux de la thèse visaient à sélectionner des bactéries antagonistes à la croissance de Campylobacter et à décrire les mécanismes d’inhibition mis en jeu. Campylobacter pose un problème mondial de santé publique. En effet, cette bactérie est l’agent le plus fréquemment impliqué dans les infections digestives bactériennes humaines. La volaille, en particulier le poulet, est l’aliment le plus souvent incriminé dans les campylobactérioses. Les deux tiers de la production Française de volaille sont réalisés en Pays de la Loire et Bretagne. La maitrise du risque Campylobacter constitue donc également un enjeu industriel et économique important. La finalité de ce sujet est l’utilisation de bactéries capables d’inhiber Campylobacter dans l’intestin des volailles dans le but de réduire le portage par ces animaux et donc le risque au niveau du consommateur. Ce projet de recherche a été réalisé dans le cadre du programme de partenariat Hubert Curien « Utique » qui vise à développer les échanges scientifiques et technologiques d’excellence entre laboratoires Français et Tunisiens, Soumaya Messaoudi a bénéficié d’une bourse afin de réaliser une thèse en cotutelle entre Oniris et l’Université de Tunis. Cette thèse a été codirigée par les professeurs Xavier Dousset à Oniris et Mohamed Manai à Tunis. Le criblage d’une collection de souches de bactéries isolées en Tunisie de ceca de poulet a permis à Soumaya de sélectionner une souche de bactérie lactique de l’espèce Lactobacillus salivarius capable d’inhiber la croissance de Campylobacter jejuni. En collaboration avec l’équipe de Jean Marc Chobert de l’Unité Biopolymères, Interactions Assemblages de l’INRA de Nantes, elle a réussi lors d’un travail qui a nécessité beaucoup de volonté et de ténacité à purifier et caractériser le peptide antimicrobien responsable de l’activité anti-Campylobacter de cette bactérie. Afin d’identifier les gènes impliqués dans la production de ce peptide, elle a participé au séquençage du génome de cette souche. Lors d’une mobilité de plusieurs mois réalisée au Laboratoire de Microbiologie Signaux et Microenvironnement (LMSM) de l’Université de Rouen à Evreux, elle a démontré en collaboration avec Nathalie Connil le potentiel probiotique de ce Lactobacille en mettant en évidence son aptitude à résister au stress digestif et à produire des effets immunomodulateurs.


  • Pas de résumé disponible.