Déstabilisation des terrains supports d'infrastructures de haute montagne dans les Alpes françaises

par Pierre-allain Duvillard

Projet de thèse en Géographie

Sous la direction de Jean-Jacques Delannoy, Ludovic Ravanel et de Philippe Schoeneich.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de SISEO - Sciences et Ingénierie des Systèmes de l'Environnement et des Organisations , en partenariat avec Environnements, Dynamiques et Territoires de la Montagne (laboratoire) depuis le 01-04-2016 .


  • Résumé

    En lien avec des pratiques touristiques soutenues, la haute montagne alpine est aujourd'hui considérablement aménagée. Remontées mécaniques, refuges, dispositifs paravalanches, ou infrastructures de transport et de communication sont en effet présents en grand nombre au-dessus de 2000 m d'altitude. Dans les Alpes françaises les fondations de plus de 1800 infrastructures sont établies sur des terrains rendus souvent instables par la dégradation du permafrost et/ou le retrait des glaciers du fait du réchauffement du climat. Un nombre croissant de dégâts est ainsi à déplorer sur les constructions avec des implications socioéconomiques parfois lourdes comme avec les déstabilisations récentes du refuge des Cosmiques (Chamonix), de la gare amont du télésiège de Bellecombe (Les 2 Alpes). L'évolution du climat prévue pour les prochaines décennies devrait accroitre le nombre et l'intensité des déstabilisations tandis que les gestionnaires sont particulièrement démunis face à ces risques. Plusieurs questions se posent dès lors : Quelles sont les infrastructures les plus à risque ? Quelles instabilités/dommages se sont déjà produits ? Quels processus en jeu ? Quel est l'état thermique et mécanique des terrains qui supportent les infrastructures de haute altitude ? La thèse proposée, pluridisciplinaire et dans la continuité de projets de recherche européens, a pour objectifs : 1) la poursuite du développement d'un indice de risque de déstabilisation des infrastructures de haute montagne incluant la quantification de la vulnérabilité ; 2) le recensement historique des instabilités/dommages connus afin de valider l'indice de risque et, éventuellement, d'évaluer la pertinence des mesures géotechniques prises ; 3) la caractérisation géomorphologique et géophysique des principaux événements ainsi que des sites les plus à risque au regard de l'indice, 4) une synthèse des connaissances acquises sur la réaction des terrains au réchauffement climatique et la gestion des instabilités d'infrastructures.

  • Titre traduit

    Destabilization of high mountain infrastructure built in high mountain in the French Alps


  • Résumé

    In relation with tourism practices supported, high alpine mountain is now considerably equipped. Ski lifts, huts, avalanche systems or transport and communication infrastructures are present in large numbers over 2000 meters. In the French Alps, foundations of over 1800 infrastructure are built on terrains possibly unstable because of permafrost degradation and / or glaciers shrinkage due to global warming. An increasing number of damage is deplorable on buildings with sometimes serious socio-economic implications as the recent destabilization of Cosmiques hut (Chamonix), the arrival station of Bellecombe chairlift (Les 2 Alpes). Climate change planned should increase the number and intensity of destabilization while managers are particularly clueless about these risks. Several questions arise : What are the most infrastructure at risk ? What instabilities / damage has already occurred ? What processes involved ? What is the thermal and mechanical condition of the terrain that support high altitude infrastructure ? The proposed thesis, multidisciplinary and in the continuity of European research projects, aims to : 1) the further development of a risk index of destabilization of mountain infrastructure including quantification of vulnerability; 2) the inventory of historical instabilities / damage known to validate the risk index and possibly to assess the relevance of geotechnical actions; 3) the geomorphological and geophysical characterization of the main events and the most at risk compare with the risk index, 4) a summary of knowledge about the response of terrains due to global warming and managing infrastructure instabilities.